Accueil Actualités Macky critiqué sur la primeur donnée à la presse étrangère : Et...

Macky critiqué sur la primeur donnée à la presse étrangère : Et pourquoi pas Sonko ?

Arrivé troisième à la présidentielle du 24 février, Ousmane Sonko ne s’était pas exprimé depuis. Il a accepté, en exclusivité pour Jeune Afrique, de sortir de son silence pour donner sa vision.

Cependant, on accuse souvent même Macky Sall de donner la primeur à la presse étrangère alors que les journalistes Sénégalais font des pieds et des mains pour avoir ces scoops. Ces même remarques sont valables à l’endroit d’Ousmane Sonko, une personne qui aspire à diriger le Sénégal.

 …Macky et pourquoi pas Sonko !

 C’est l’une des critiques principales formulées à l’endroit du président de la République. Ses multiples sorties à l’étranger ont le don d’écœurer certains Sénégalais, la presse locale en particulier.

En effet, on reproche au Chef de l’Etat de privilégier trop les journalistes de l’Occident au détriment de ceux de son pays sur certaines informations exclusives. Pis, on accuse même Macky Sall de donner la primeur à la presse étrangère alors que les journalistes Sénégalais font des pieds et des mains pour avoir ces scoops.

Aujourd’hui, Ousmane Sonko toujours rigoureux avec de telles pratiques qui tombe trop bas. Il a accordé sa première sortie d’après présidentielle à Jeune Afrique pour évoquer l’avenir politique qui s’est soudain ouvert devant lui.

Demain, il n’est pas à écarter qu’il va donner la primeur à la presse étrangère, s’il venait à diriger le Sénégal. Donc, en tant qu’opposant, au même titre que le chef de l’Etat, il doit privilégier la presse locale qui lui a fermé de toutes pièces a-t-on l’habitude de dire.  Donc, Ousmane Sonko n’est pas exempt de reproches.

 Sonko réserve sa première sortie postélectorale à JEUNE AFRIQUE

«On m’a effectivement présenté comme quelqu’un d’arrogant, de suffisant, de sulfureux… Il y a quelques jours, un ministre de Macky Sall a même prétendu que j’avais « l’insulte à la bouche ». Pourtant, ce n’est pas dans mon éducation. Mais j’assume mes convictions. Il y a un terme wolof, le « maslaha », qui décrit une certaine forme de pudeur, voire de duplicité : il ne faut pas dire les choses de manière trop directe, il vaut mieux tourner autour. Est-ce dû au fait que j’ai grandi en Casamance ? En tout cas, je préfère dire les choses telles qu’elles sont, dans le respect des personnes, ce qui peut être perçu par certains comme de la provocation. Ce qui me préoccupe fondamentalement, c’est l’intérêt général. La corruption, le népotisme, le bradage des intérêts nationaux me sont insupportables. Et, quand je m’exprime sur ces sujets, il est vrai que je le fais avec des mots durs», a –t-il déclaré.

Il poursuit : «personnellement, je ne me suis jamais prononcé sur les chiffres. Il n’était pas question de donner des résultats qui seraient démentis par des PV signés par mes propres mandataires. Mes réserves portent sur l’appréciation du processus électoral dans sa globalité. Je considère en effet que Macky Sall ne mérite pas d’être reconnu vainqueur, car il a fait cavalier seul, définissant les règles du jeu sans aucune concertation avec l’opposition, en violation du consensus qui prévalait au Sénégal depuis 1998. Cela concerne l’élaboration du fichier électoral, la distribution des cartes d’électeur, l’absence de neutralité du ministre de l’Intérieur… La position commune que nous avons adoptée tous les quatre est donc de ne pas reconnaître la légitimité du président Macky Sall, dont la victoire est purement technique».

   SENEGAL7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici