Macky Sall à Yewwi Askan Wi : « De toute façon, le pays va faire ces élections, le Conseil constitutionnel a décidé »

Dans un entretien avec nos confrères de France24 et RFI ,Macky Sall a été interrogé sur la situation politique du Sénégal où la principale coalition de l’opposition a dénoncé, hier, la mise à l’écart de sa liste nationale des titulaires en vue des prochaines législatives du 31 juillet.

Face aux menaces de l’opposition, le président de la république ne craint pas un embrasement de la rue comme ce fut le cas en mars 2021.

« Il faut éviter de prendre mars 2021 pour une refrenche absolue », a d’emblée laissé entendre le président Sall.

« L’élection législative est organisée par un code électoral et un système électoral qui fait la fierté du Sénégal. Si on fait la fierté du Sénégal. Si on est un pays stade justement ce n’est pas le fait du hasard. C’est la première fois qu’on organise des élections. Nous avons un système électoral qui est le produit de concertation de consolidation dont le dernier est ce code qui vient d’être enregistré qui a fait l’objet de discussions pendant 16 mois et qui a abouti à ce qui a permis d’aller à ces législatives.

Mais nous un code avec ses exigences. Par exemple la loi sur la parité le Sénégal ne peut pas revenir en arrière. Une liste qui n’est paritaire, n’est pas recevable un point un trait. Si vous faites une liste qui ne respecte ce que dit la loi elle est éliminée tout simplement. Nous notre liste nationale des suppléants nationale a été éliminée parceque simplement y a eu une erreur de juxtaposition, elle était paritaire. C’est la loi, elle est dure mais c’est la loi », expliqué le Chef de l’Etat.

« Maintenant les menaces sur la non organisation des élections c’est devant nous. De toute façon, le pays va faire ces élections. Le Conseil constitutionnel a décidé.  Et nous nous sommes soumis, il y a quinze jours la liste Yewwi de Dakar n’était pas recevable. Le Conseil a fait une interprétation et a dit qu’il il faut que le ministre de l’intérieur les accepte. Le ministre s’est incliné et il a reçu les corrections. Et aujourd’hui leur liste à Dakar va compétir. Pourquoi, lorsqu’il s’agit de l’opposition, quand il y a une décision qui est défavorable, il faut appeler à la fin du monde ? Ce n’est pas comme ça qu’on respecte la démocratie »

S’il y a des difficultés, elles se géreront conformément aux réglementes et lois du pays. », a-t-il assuré dans un entretien avec France24 et Rfi.

Diaraf DIOUF Senegal7