Accueil Actualités Macky Sall : Un Président au pouvoir hypertrophié...

Macky Sall : Un Président au pouvoir hypertrophié !

Nombre de sénégalais trouvent étrange la propension du Chef de l’Etat de  chercher , à renforcer son pouvoir, hors des sentiers battus, gouverner par ordonnance, sans pour autant passer par l’Assemblée nationale, relativement à la gestion des calamités auxquelles notre pays fait face. Il urge pour ce faire, de se demander si le Président Sall qui incarne la Première Institution n’aurait pas les coudées franches pour gérer de telles calamités  sans faire appel à de tels stratagèmes !

Trop de « pouvoir » finit par tuer le pouvoir  si l’on s’en tient à ce qui se passe présentement sous nos cieux. Investie de la mission dévolue à l’Institution Première, le Président Macky Sall en veut toujours plus en termes de « pouvoirs » qui viennent s’ajouter à son pouvoir originel.

Il en raffole et trouve toujours un prétexte, une excuse pour se requinquer en sus de ses prérogatives régaliennes. L’on glose à tout-va que ce serait dans le seul but de bien faire ou de tirer d’affaire nos compatriotes. A tort ou à raison, sa détermination  à ce niveau reste entière.

Mais au demeurant, il convient d’agiter le point de vue de certains juristes qui considèrent que ce contournement  de la représentation nationale  serait inconstitutionnel.

Pourtant, d’autres juristes n’épouseraient pas le même point de vue et considèrent que le Chef de l’Etat  a recours à l’article 77 de la Constitution  pour se passer de la représentation nationale afin de légiférer sur des questions d’ordre économique, budgétaire, financière, juridique, sanitaire et sécuritaire.

Et ce, pendant trois mois. Une loi votée   pour éviter de devoir faire se réunir l’Assemblée nationale à chaque fois qu’il est question de prendre d’urgence des décisions. L’on se rappelle aussi qu’en avril dernier, une loi d’habilitation avait été adoptée en plénière assortie d’une prolongation de trois mois  qui lui aura permis  d’avoir les coudées franches pour lutter contre la Covid-19.

Ainsi, plus de 1000 milliards de FCFA avaient été levés comme fonds pour venir à bout de la déferlante mais jusqu’ici, aucun sénégalais n’est à mesure de vous dire comment cette bagatelle a été dépensée. Il en est de même des 69 milliards de FCFA qui avaient été déclinés en denrées alimentaires pour assister les  impactés de la Covid-19.

A l’évidence, au-delà des ces lois  lancées dans le circuit de l’hémicycle pour renforcer les pouvoirs du Chef de l’Etat, les sénégalais pour certains en ont des appréhensions, tandis que d’autres soutiennent le contraire. L’on présume même que le Président Sall préparerait les sénégalais à les inculquer le vaccin contre la Covid-19.

Mais le moins qu’on puisse dire est que trop de « pouvoir » finit souvent par tuer le pouvoir et l’on redoute vraisemblablement que la « thérapeutique » espérée de ces lois d’habilitation  finissent par  gangréner les dépits de nos compatriotes pour lesquels, l’Etat agit par l’entremise de son gardien.

De toute évidence, le pouvoir hypertrophié du Chef de l’Etat  aujourd’hui semble plus problématique que jamais. A moins qu’il ne cache vraisemblablement  des zones d’ombre mitoyennes au 3e mandat, l’épicentre de toute une armada de politique politicienne sous nos ceux !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici