Accueil Actualités Macky, un président qui compte sur la pluie

Macky, un président qui compte sur la pluie

Macky

Le Sénégal caresse des ambitions d’émergence mais compte encore sur la pluviométrie pour dynamiser son secteur agricole. C’est scandaleux !

Après sa prière à la Grande Mosquée, lors de la Tabaski, le Président de la République a affiché son inquiétude face au déficit pluviométrique, « nous devons solliciter humblement les faveurs d’Allah pour un hivernage pluvieux parce que nous sommes quasiment le 12 Aout et la situation hivernale n’est pas tout à fait positive. Nous devons implorer Allah en lui demandant de nous gratifier d’un hivernage pluvieux, d’une bonne campagne agricole », a-t-il déclaré. Cette affirmation dénote d’un manque criard de prospective et traduit un échec de la politique agricole de nos régimes successifs. Depuis la nuit des temps, l’agriculture sénégalaise dépend de la pluviométrie. Une dépendance perpétuée par les gouvernants successifs qui n’ont pas réussi à rompre cette corrélation. Pourtant une bonne prospective devait aider à comprendre qu’avec le changement climatique la pluie aurait tendance à se raréfier. Nos dirigeants devraient réfléchir depuis longtemps sur comment rompre avec cette logique consistant à ne cultiver la terre que pendant la saison des pluies. Condamnant ainsi le paysan à neuf mois de chômage ou à l’exode. N’est-il pas temps de miser sur l’irrigation et d’autres méthodes expérimentées ailleurs pour révolutionner notre agriculture, pilier fondamental pour un pays qui aspire à de grand dessein ? Mais comment le Président d’un pays qui se veut émergent dans 15 ans, peut-il encore compter sur une hypothétique bonne pluviométrie pour atténuer la souffrance des citoyens. C’est malheureux. L’échec de nos gouvernants, dans ce secteur, donne raison à l’ancien président français Nicolas Sarkozy qui lors de son scandaleux discours de Dakar déclarait, « le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles ». Vérité crue !

Mbissane TINE-Senegal7