Raabi  header

Maillot LGBT : Pourquoi tant d’acharnement sur Gana ?

Tiens donc, les islamophobes et racistes de France sont scandalisés tout simplement parce que Idrissa Gana Guèye, un musulman, noir, Africain de surcroît, a refusé de promouvoir les valeurs LGBT. Et alors ! En quoi est-ce un scandale ou une faute ? Gana n’a-t-il pas le droit de dire non ? Gana n’a-t-il pas le choix de vivre ses valeurs à lui ?

Est-ce donc un crime que d’avoir des valeurs ? D’autant que ces valeurs-là que promeut Idrissa Gana Guèye, à travers son refus de promouvoir l’homosexualité, sont aussi ceux de l’islam, sa religion à lui. Mais aussi du christianisme, ‘cette grande religion de France’ (pour paraphraser le 139e archevêque de Paris, Cardinal Jean-Marie Lustiger, qui est né Juif et est devenu Catholique). Mais également du judaïsme, cette autre religion révélée.

Alors, si cette France, fille de l’Eglise, en arrive à vouer aux gémonies le porteur de telles valeurs, juste par égards pour des gens qui sont pires que leurs animaux de compagnie, c’est qu’elle a un vrai problème. La France, pays de la liberté, est gravement malade et marche lentement, mais surement vers l’abime. Valérie Pècheresse (pardon Pécresse) et sa bande d’islamophobes et de racistes ne l’emporteront pas face à Gana Guèye.

Parce que Gana est au-dessus d’eux de par les valeurs qu’ils véhiculent et qui sont nôtres. Nous Sénégalais, nous musulmans qui nous référons au saint Coran et aux recommandations du prophète Muhammad (PSL) et qui nous reconnaissons en lui, tout comme d’ailleurs tous ces millions de chrétiens et de juifs qui, à travers le monde, croient en la Bible et la Thora, jamais nous ne jetterons la pierre à Gana, comme cette Pècheresse de présidente de la région île de France et ses semblables.  

Par ailleurs, s’acharner sur Gana, c’est oublié que d’autres grands sportifs, avant lui, ont mis en avant leurs convictions religions pour s’opposer aux diktats des autres. N’est-ce que Jonathan Edwards, fils de vicaire, triple-sauteur qui a fait les beaux jours de l’athlétisme Britannique, a longtemps refusé de sauter le dimanche… par conviction religieuse.

Lui, l’Anglais de confession baptiste, a eu le droit de dire que sa religion lui interdit d’être sur une piste d’athlétisme le dimanche, au point de renoncer à participer aux championnats du monde en 1991. Par contre, Idrissa Gana Guèye, le musulman, l’Africain venu du Sénégal, n’a pas le droit de dire qu’il ne porte pas un maillot au numéro floqué aux couleurs des « goorjigènes ». Quel paradoxe ! Comme s’il n’y avait de civilisation que celle occidentale, qu’eux seulement sont des… civilisés. Mon œil !

Pourquoi tant d’acharnement sur Gana. Qu’a-t-il donc fait de mal ? Pourquoi vouloir le mettre à mort et assurer une vie de prince à ceux-là qui vont à l’encontre de toutes les valeurs que l’humanité nous a toujours donner en référence ? Où alors lapide-t-on Gana, qui a osé dire non, simplement parce qu’il est musulman, noir et Africain. Dans tous les cas, nous ne sourions accepter un tel état de fait. Que ça vous plaise où pas, vous les égarés du bord de La Seine, Idrissa Gana Guèye est un héros pour nous. Il est notre reflet, parce qu’il est l’incarnation des valeurs qui nous guident.

Harouna Déme, journaliste