L'Actualité en Temps Réel

Maison rose de Guédiawaye : La Cojer, Choquée par des victimes de violences sexuelles

1

La section féminine nationale de la Convergence des jeunes républicains (Cojer) a rendu visite à la maison rose de Guédiawaye ce samedi. Les témoignages des jeunes filles, logées dans cette maison, ont été très touchants, rapporte l’As.

Mis en place par l’Ong « Uni-vers-elle », la maison rose de Guédiawaye est un centre qui a pour but d’accueillir les femmes en difficultés sociales. La plupart d’entre elles étant des victimes de viols sexuels et de rejets familiaux. La structure a recruté des éducateurs pour aider ces jeunes filles à surmonter les épreuves et retrouver une vie normale.

En tant qu’acteurs sociales, les femmes de la Cojer se sont rendues au centre de Guédiawaye. Une fois sur place, elles ont entendu des témoignages choquants. Parmi les pensionnaires, la jeune fille A. D. Cette dernière a révélé qu’elle a été victime d’une grossesse. Pour cela, elle a été chassée de la maison par sa propre mère. Elle a du trainer dans les rues de Dakar avant d’être accueillie par la maison rose. Aujourd’hui, elle est devenue une femme respectueuse.

L’autre histoire qui a bouleversé les cœurs des acteurs sociaux est celle racontée par F. D. Le premier enfant de cette dernière est né suite à un viol sexuel. Un acte qui a été commis par son père adoptif. En plus d’avoir subi une telle violence, cette fille a été mise à la porte par le même homme, devenu père de son enfant. Sous prétexte qu’elle était assez majeure pour se prendre en charge elle-même. Par la suite, elle était partie vivre chez sa grande mère qui était la seule à compatir à son sort. Sa situation devenue stable, la jeune fille s’était engagée dans une relation amoureuse. Cette fois, avec un garçon de son âge. Cette nouvelle aventure qui était bien partie, a fait l’objet d’une grossesse. L’auteur a assumé mais la famille de l’homme s’est opposée à leur mariage. Cette situation a fait de sorte qu’elle se retrouve à la maison de Guédiawaye.

Il faut noter que les jeunes filles n’ont pas manqué à reconnaitre leurs parts de responsabilités dans ces histoires. Elles pensent que, en dehors d’être des victimes de violences sexuelles, elles ont fait des erreurs dans leurs vies. Mais, le dit-centre leurs a offert une nouvelle chance.

Pape Coly-(Stagiaire)-Senegal7

 

 

 

Afficher les commentaires(1)