Accueil Actualités Makhtar Gueye fâche les chrétiens : Quand un donneur de morale ...

Makhtar Gueye fâche les chrétiens : Quand un donneur de morale trébuche !

Makhtar

Son nom est calqué à tout ce qui touche aux mœurs des Sénégalais. Cependant, de communication tue la communication, de sortie en sortie, le champion de la vertu ne cesse de commettre l’irréparable.

Eternel donneur de leçons de morale, Mame Makhtar Gueye s’est vu brûler la langue. Notre «Mame» national disqualifié par Rangou s’est davantage enfoncé dans le trou béant entrebâillé par ses détracteurs. Enfilant en toute occasion le manteau de l’Islam, le vice-président de Jamra est tombé trop bas.

En effet, dans une interview accordée à un site, Mame Makhtar Guèye a dénoncé le fait qu’une actrice de la série « Infidèles » porte le nom de Mame Diarra. En lieu et place, le vice-président de l’Ong Jamra a suggéré des noms d’obédience chrétienne.

 Ainsi, il l’a appris à ses dépens. Car, il a mis à rude épreuve le parfait commun vouloir de vie commune entre musulmans et chrétiens au Sénégalais et le fameux syncrétisme religieux qui a toujours était un ciment de la cohésion sociale au Sénégal.

En janvier dernier, dans une de ses publications, le journal Enquête n’avait-il pas raison de titrer : «Mame Mactar Guèye, vices de parcours d’un champion de la vertu».

 Sous son regard vitreux de sniper, écrivait Enquête, «la nouvelle vigie des mœurs sénégalaises collectionne les missions comme on compte ses victimes.

Pêle-mêle, Déesse major est violemment envoyée se rhabiller, sous les ordres terrifiants d’un «couvrez ces cuisses et seins, que je ne saurais voir», une imprudence qui lui coûtera une garde à vue ;  Waly Seck est invité à se dévêtir d’un t-shirt trop gay, avant un terrible contre-pédalage et un étonnant règlement à l’amiable  ; Maîtresse d’un homme marié (MHDM) a été traînée au tribunal des bonnes mœurs, avant que Rangou, l’ex-animatrice de la SenTV, initiatrice de la soirée privée à 200 000 ne soit à son tour la cible de Jamra et de son patron.

Une démarche, voire un procédé qui ne met pas tout le monde d’accord».

 De plates excuses

Suite à ses propos polémiques, le défenseur des valeurs sénégalaises a publié un post pour s’excuser.

«Dans une interview que j’ai faite récemment avec un média en ligne, en dénonçant le fait qu’une série ait surnommé une actrice Mame Diarra, sublime prénom généralement associé dans la conscience collective des musulmans de ce pays à l’honorable mère de Cheikh Ahmadou Bamba, j’ai déploré que le réalisateur ait sciemment choisi le prénom de cette sainte de l’islam, au lieu d’autres prénoms. Et d’en citer quelques-uns, en méconnaissant totalement que ces noms étaient également ceux de saintes catholiques.

Il s’agit, par conséquence, d’une méprise, qui a failli être source d’incompréhension à l’égard d’une sympathique communauté où je compte beaucoup de parents et d’amis.

Notre posture constante, et irréversible, dans la construction de l’indispensable dialogue interreligieux, n’est plus à démontrer. Comme en témoigne la visite de courtoisie que le défunt Grand Serigne de Dakar, mon oncle maternel El Hadj Bassirou Diagne, avait rendue le jeudi 7 janvier 2010, à la résidence Les Bandamiers au chef de l’Église catholique, le cardinal Théodore Adrien Sarr, avec qui il a scellé un «pacte éternel d’amitié». Et qui fut, pour moi, l’occasion d’y délivrer le message officiel scellant ce pacte.

#Toutes nos excuses, encore fois, à tous nos frères et sœurs de la chrétienté. A qui je souhaite, comme d’habitude, le meilleur !

Que Dieu vous bénisse tou(te)s».

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments