L'Actualité en Temps Réel

Manifestations au Tchad : pouvoir et opposition se rejettent la responsabilité des violences

Journée meurtrière jeudi au Tchad lors de manifestations appelées par l’opposition pour protester contre le maintien à la tête de la transition du président Mahamat Idriss Déby Itno. Il y a eu des dizaines de morts, des civils tués par balles.
Les bilans avancés par les uns et les autres divergent. Jeudi, en fin de journée, le Premier ministre Saleh Kebzabo a évoqué «une cinquantaine de morts» et «300 blessés». Il a annoncé un couvre-feu dans quatre villes de 18h à 6h du matin jusqu’au retour total de l’ordre ainsi que des poursuites judiciaires. Il fait porter la responsabilité des violences aux organisateurs des manifestations.
« Ce qui s’est passé ce jeudi est une tentative de coup d’État », a déclaré Saleh Kebzabo, au cours de la conférence de presse qu’il a donné jeudi en fin de journée. Devant les journalistes, le nouveau Premier ministre de transition du Tchad a affirmé que des manifestants étaient armés, formés à des techniques de guérilla. Il justifie les tirs à balles réelles en pleine rue.
C’était une insurrection populaire en vue de s’emparer du pouvoir par la force, c’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui et pas autre chose, ce n’était pas une marche pacifique. Les forces de l’ordre doivent respecter certaines consignes, celles de ne pas tirer à balles réelles sur les manifestants. 1 : ce n’était pas des manifestants. 2 : les forces de l’ordre devaient se défendre.

RFI avec Senegal7