Accueil Actualités Massata Diack : «je suis conforté dans l’idée de ne pas répondre...

Massata Diack : «je suis conforté dans l’idée de ne pas répondre à la Justice française»

Une chose est sûre, Papa Massata Diack ne regrette pas son faux bond à la justice française. « Je suis conforté dans l’idée de ne pas y aller », a-t-il indiqué devant le Jury du dimanche (JDD) de Mamoudou Ibra Kane, ce 9 août, sur Itv et iRadio.

Interpellé par le journaliste, il ne s’est pas fait prié pour fournir ses raisons. « Parce que la justice française a manqué d’impartialité, campe-t-il. Je dis que le rapport qu’on a déposé le 4 août 2015, par le président de la commission indépendante de l’AMA, est non contradictoire. C’est un rapport qui a été fait dans le dessein simplement de noircir le bilan de Lamine Diack avant le Congrès de Pékin. Parce qu’il y a la présidence de l’IAAF qui devait être disputée le 18 août. »

Ensuite, il enchaîne : « Je découvre des accusations auxquelles j’ai répondu à la commission d’éthique. Ils ont persisté en disant que je suis allé à une réunion, le 4 décembre 2012, à Moscou. J’avais répondu le 11 mai 2015 à cette accusation, montrant que j’étais à Monaco. Je suis arrivé à Moscou le 5 au soir. C’était une des accusations de la Justice française. Habib Cissé, qui est un des prévenus, m’a disculpé disant que j’étais arrivé postérieurement à cette réunion. Ils n’en ont pas tenu compte. Donc, j’ai l’impression qu’il y avait une volonté de nous enfoncer quelles que soit les preuves qu’on allait présenter. »

Enfin, a-t-il conclu : « Il y avait aucune raison d’aller répondre parce que les faits présumés ne se sont pas produits en France. On parle d’événements en Russie, à Monaco, au Qatar, au Sénégal, en Turquie, au Japon. En quoi la justice française est-elle compétente pour des faits présumés qui se sont passés hors de son territoire ? Il n’y avait aucune raison de comparaitre vu les circonstances. »

« L’accusation principale concerne Lamine Diack »

Dans cet ordre d’idées, il a refusé qu’on lui dise qu’il a abandonné son père et qu’il serait responsable des déboires judiciaires de ce dernier. Car une certaine frange de l’opinion sénégalaise lui reproche en tant que fils de n’avoir fait aucun sacrifice pour sauver son père voire au besoin de se substituer à lui.

« La responsabilité pénale, elle est individuelle. Lamine Diack a été pénalement contraint par la France à répondre à une enquête en tant que président de l’IAAF. Dire que Massata devait être à sa place… Je n’étais pas président de l’Institution. Il m’a employé comme conseiller. Donc, dans l’accusation de la justice française, on dit que je suis complice de mon père. Vous pensez que si j’allais répondre à la justice française, ils allaient le laisser revenir au Sénégal ? Ce serait naïf de le croire. Ce que j’ai fait pour mon père, moi, ce que j’ai apporté comme soutien, je ne pense que mon père aurait pu le faire à ma place. Ses avocats ont pu avoir des informations cruciales sur ma version des faits. On serait allé tous les deux en France, on nous aurait piégés. On lui aurait interdit de me parler. Avec quel moyen il allait se défendre ? Il n’avait assisté à aucune réunion de sponsor, à aucune réunion à Moscou. Si vous parlez de moralité et de déontologie, là, on parle d’une affaire judiciaire, c’est des soupçons, des charges et des preuves. (…) Je pense que ma présence est une décision divine. Que je sois présent, ici, au moment où on attaque mon père sur des faits qu’il n’est même pas supposé savoir parce qu’il était président d’une Institution, il y avait un échelon de cinq personnes entre mon père et moi. »

Ainsi, à la question de savoir s’il a été choqué d’entendre « Mon fils est un voyou », propos prêtés à Lamine Diack, à la barre du tribunal correctionnelle de Paris, Papa Massata Diack a préféré rectifier : « Ça, je suis désolé, mais Me Simon Ndiaye l’a démenti, (soutenant) qu’on lui a montré un émail disant que « si jamais ce qu’on me dit que mon fils aurait fait, je constate que c’est un comportement de voyou. » Je pense qu’à la question des juges, il peut sortir ce genre de réaction. »

« Je n’ai jamais dit que mes parents m’avaient trahi »

Le journaliste de revenir à la charge : « Cela ne vous a pas choqué ? « Vous savez mon père est quelqu’un de très spontané. Il dit ce qu’il pense. Il est réputé pour sa liberté de parole et de franchise. Ce qu’il pense, il l’a dit mais le problème, c’est que ce mail lui était adressé. On a leur a dit qu’il n’avait jamais vu ce mail. Vous me sortez quelque chose que je n’ai jamais vu. Il l’a bien dit. Des membres de ma famille étaient présents », réagit-il, en dénonçant un « lynchage médiatique. »

Quid de l’état de sa relation avec son papa Lamine Diack et avec sa famille de manière générale ? « Mais excellente. Je n’ai aucun problème (ni) avec mon père, (ni) avec ma famille. Parce qu’on accepte la décision divine. Je n’ai jamais dit que mes parents m’avaient trahi. J’ai toujours reçu tous les messages de réconfort, de sentiment de gratitude pour le travail que j’ai effectué avec lui. Parce que je suis arrivé à l’IAAF à un moment critique quand on parlait de faillite. Il n’avait que des sponsors japonais. J’ai trouvé des sponsors dans les pays émergents. Et quand j’apportais cet argent à l’IAAF, personne ne s’est plaint ».

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici