Mauvaise gouvernance: Les 7 recommandations d’Afrikajom Center pour redresser la barre

2

Dans un rapport intitulé « Les nouvelles pathologies de la démocratie en Afrique de l’Ouest : Crise de l’État de droit, de la démocratie représentative et de la gouvernance », le Think tank Afrikajom Center a passé au crible la gouvernance au Sénégal. Son fondateur Alioune Tine a fait un ensemble de recommandations à l’Etat du Sénégal pour redresser la barre, selon Dakaractu.

Après avoir décliné les points faibles et les failles de l’État du Sénégal dans la gouvernance galopante, Alioune Tine a fait sept (7) recommandations allant du remplacement de la Crei par un pôle financier indépendant à la lutte contre la corruption en passant par le règlement de la question du 3e mandat, du fichier électoral, d’assurer la liberté d’expression entre autres. Ces recommandations pourraient selon le fondateur d’Afrikajom Center apaiser les tensions entre le pouvoir et l’opposition.

Voici les sept (7) recommandations

De renforcer la stabilité et la sécurité constitutionnelle, surtout sur la question de la durée et du nombre de mandat ;

De régler la question du consensus électoral dans la durée sur le fichier, le parrainage et les organes de régulations et de règlement du contentieux ;

De permettre à la justice de garantir la liberté d’expression et de manifestation, pour que les citoyens puissent la saisir et qu’elle rende des décisions en matière de démocratie et de droits de l’homme.

De renforcer les organes et les outils de régulation pour lutter contre la corruption, car sans cela, il serait illusoire de parler d’émergence ;

De renforcer les moyens, l’indépendance et les pouvoirs de ces organes de régulation ;

De demander à la Cour des Comptes de travailler de manière étroite avec le Procureur ;

De créer un pôle financier indépendant qui pourrait remplacer la CREI, dont la mission serait d’une part de se saisir de tous les dossiers relatifs aux détournements de fonds, à la corruption et à la concussion, et d’autre part d’exploiter les rapports de la Cour des Comptes , de l’IGE, de l’OFNAC et de poursuivre tous les cas avérés et graves de dérives financières dans la gestion des affaires publiques.

A.K.C – Senegal7 

 

Show Comments (2)