L'Actualité en Temps Réel

Me Assane Dioma Ndiaye: « L’affaire Saer Kébé relève toute la monstruosité du système judiciaire sénégalais »

0

Le juriste et président de la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh), Me Assane Dioma Ndiaye, dit ne pas comprendre les soubassements de l’affaire Saer Kébé, en détention depuis 2015 pour apologie du terrorisme.

« C’est une affaire inexplicable pour ce jeune. Déjà à l’époque, j’avais saisi le juge d’instruction et j’avais même demandé qu’on l’autorise à aller passer le baccalauréat sous escorte. Ceci, parce que j’avais compris que dans cette affaire, ce n’était qu’une erreur de jeunesse comme tout le monde s’en rend compte parce que ses propos ont dépassé sa pensée », a confié Me Assane Dioma Ndiaye à Seneweb, ce jeudi.  Revenant sur les faits, Me Ndiaye d’expliquer : »le fait est qu’il devait faire un exposé, et il avait étudié la situation palestinienne et s’est rendu compte d’une injustice après l’aide que les Américains apportaient à Israël, d’après lui. Et c’est là qu’il a commencé à faire ses posts. Et quand il a été arrêté, il a dit au juge devant moi qui étais son avocat, qu’il n’a jamais eu l’intention de s’attaquer à qui que ce soit et qu’il avait commis une erreur ».  « Nous pensions à l’époque que c’était suffisant parce que c’était quelqu’un qui reconnaît son erreur et qui n’a aucun moyen de commettre un acte terroriste et qui n’est connecté à aucun réseau terroriste. Mais malheureusement il y a eu une exagération de cette affaire, et aujourd’hui tout le monde se dit pourquoi on n’est arrivé à cette incongruité. Et même le jeune Ousseynou Diop arrêté dans les mêmes conditions mutatis mutandis a été condamné à trois mois avec sursis », dit-il. Le droit-de-l’hommiste de poursuivre : »imaginez un lycéen qui est arrêté depuis pratiquement 2015 et dont on a compromis l’avenir pour des faits de cette nature qui n’ont aucune connotation pénale, parce que même l’intention ne devient punissable que si elle est réalisable et si elle est vraisemblable. Ce jeune ne peut même pas sortir de son quartier de Mbour, a fortiori aller attaquer des ambassades ou un pays ».

Me Ndiaye de noter pour regretter : »cette affaire révèle toute la monstruosité du système judiciaire sénégalais. Parfois la justice devient quelque chose qui est aux antipodes de son essence à savoir l’équilibre, la justesse et l’équité. Dans le cas présent, la justice est devenue un bourreau. On ne comprend pas cette extrême répression tendant à réduire à néant un humain qui en est à quatre jours de grève de la faim, après avoir mené tous les combats pour sa libération ».

SENEGAL7

laissez un commentaire