Accueil Actualités Me Assane Dioma Ndiaye : «N’oublions pas que le passif humanitaire de...

Me Assane Dioma Ndiaye : «N’oublions pas que le passif humanitaire de l’élection de 2012 a…»

Aux yeux du président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme, Me Assane Dioma Ndiaye, l’élection présidentielle comporte un certain nombre de risques. D’où ses mises en garde à l’endroit des acteurs politiques. L’avocat et droit-de-l’hommiste a tenu à rectifier ceux qui affirment que le Sénégal n’a connu que des élections apaisées depuis 2012,informe Dakaractu.   

«Il ne faut pas penser que 2012 s’est passé sans passif humanitaire, recommande-t-il. N’oublions pas que le passif humanitaire de l’élection de 2012 a été une tragédie. Et dire que nous avons l’habitude de faire des élections apaisées n’est pas vrai, ce n’est pas l’exacte vérité. 2012 c’est un drame, une véritable catastrophe.»Me Ndiaye précise : «Nous avions constaté une dizaine, voire une quinzaine de morts et une centaine de blessés. Alors si on considère que cela n’est rien, c’est sans doute parce qu’on n’a rien compris du régime démocratique. D’où l’appel pressant que nous lançons à la classe politique sénégalaise.»Aux acteurs politiques, l’avocat rappelle : «En mathématiques comme en démocratie, on parle de commutativité. Celui qui est débiteur de l’obligation de faire en sorte que la vie démocratique soit effective, doit être à la hauteur de manière à ce que les gouvernés puissent suivre l’exemple. La démocratie est à base d’exemplarité, et nous espérons que tous les acteurs soient conscients de leur responsabilité et que le Sénégal pourra passer allègrement sans connaitre ce que nous avons connu en 2012.»Il ajoute : «La frontière à ne pas franchir c’est le recours à la violence. Nous espérons que la sérénité prévaudra et que du côté de ceux-là qui ont en charge l’effectivité de la démocratie et le maintien de la paix, s’assignent à un respect scrupuleux de la prérogative régalienne, républicaine.»