Me Djibril War défend Wally : « koula wakh gordjiguene niko sa bay momako diangal »

Le débat sur l’homosexualité s’est invité, par hasard, à l’hémicycle lors de l’examen du projet de loi modifiant le code électoral. Prenant la parole, Me Djibril War a pris la défense du chanteur Wally Seck qui fait l’objet de plusieurs attaques.

Le parlementaire a tenu un discours qui a attiré l’attention de plus d’un en défendant son « fils » de chanteur.  « Je vous informe M. le ministre, Wally Seck, c’est mon fils. Il est plus homme que ceux qui le traitent d’homosexuel. Les gens doivent avoir de la retenue. Ils viennent jusque chez lui pour taper à sa porte. La foi dernière, des soi-disant marabouts ont débarqué chez lui vers 2 heures, 3 heures du matin en lui demandant de sortir afin qu’ils le tuent. Heureusement qu’ils ont pris la fuite lorsque j’intervenais », a déclaré Me Djibril War.

Selon le député, si jamais une personne réussit au Sénégal, les gens le traitent de franc-maçon ou d’homosexuel. Et s’il s’agit d’une femme, on la taxe de lesbienne. Pourtant, fait-il savoir, en Afrique du Sud, le drapeau national est constitué des couleurs de l’arc-en-ciel. Comme pour dire que les allégations sur l’arc-en-ciel lors de la soirée de Wally Seck à la Médina ne tiennent pas.

Décidé à en découdre avec les détracteurs de Wally Ballago Seck, il lui prodigue ce conseil : « Je l’ai dit ceci : si jamais quelqu’un te traite d’homosexuel, dis lui que c’est son père qui te l’a appris ».

Ousmane Ndiaye – Senegal7