Accueil Actualités Menace de dissolution de PASTEF: Le document qui « dissout » aussi l’APR

Menace de dissolution de PASTEF: Le document qui « dissout » aussi l’APR

Décidément, le parti Pastef empêche le pouvoir de Macky Sall de dormir. En effet la campagne dénommé «NEMMEEKU TOUR» initié par ledit parti, qui a permis de mobiliser 125,899,000 F CFA en seulement 8h de temps a fait trembler le palais. Poussant ainsi le ministre de l’intérieur Félix Antoine Diome à rendre public un communiqué à 2 heures du matin pour menacer de dissoudre le formation politique du très redouté Ousmane Sonko, s’appuyant sur l’article 3 de la loi n° 81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques.

« Le Ministre de l’Intérieur rappelle qu’en vertu de l’article 3 de la loi n° 81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques, modifiée par la loi n° 89-36 du 12 octobre 1989, les partis politiques ne peuvent bénéficier d’autres ressources que celles provenant des cotisations, dons et legs de leurs adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion de manifestations », précise le communiqué qui en déduit: « par conséquent, tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981 susmentionnée. »

En rendant public ce communiqué, M Félix Antoine Diome a certainement dû oublié que le parti du président Macky Sall qui l’a nommé au poste de ministre de l’intérieur, a fait recours à l’aide l’internationale, à savoir l’appui du défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba, dans un communiqué daté du 3 janvier 2009 en ces termes: « (…) Aujourd’hui, j’ai emprunté une nouvelle voie à travers la création de mon parti, Alliance pour la République (APR YAAKAAR), pour poursuivre plus efficacement les objectifs de développement de paix et de concorde pour le Sénégal. Dans une entreprise nouvelle, je sollicite vos conseils éclairés, vos orientations et votre appui a tout point de vue (…). »

Cette sollicitation de l’ex-premier ministre, alors, Macky Sall prouve que l’actuel président, leader de l’APR a demandé de l’aide internationale pour financer les activités de son parti.

Pourtant, cette initiative du président de l’APR en l’occurence Macky Sall n’est pas en conformité avec l’article 3 de la loi n° 81-17 du 6 mai 1981 relative aux partis politiques que M. Félix Antoine Diome, ministre de l’intérieur nous rappelle dans son communiqué rendu public nuitamment.

Alors charge au ministre de l’intérieur, dans un souci d’équilibre, d’équité et de justice, de dissoudre d’abord l’APR avant de procéder de la sorte avec le parti PASTEF.

Le Sénégal est un pays où ceux qui sont sensés respecter la loi, la piétine au bon vouloir du grand patron sans sourciller.

A.K.C – Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici