L'Actualité en Temps Réel

Menace de mort, emprisonnement, harcèlement… : La liberté des journalistes mise à rude épreuve

Le gouvernement britannique a convoqué vendredi le chargé d’affaires iranien au Royaume-Uni, dénonçant des menaces de mort à l’encontre de journalistes basés dans le pays, alors qu’au Sénégal, le pouvoir en place ne cesse de piétiner le principe de la liberté d’informer.

« J’ai convoqué le chargé d’affaires iranien aujourd’hui après que des journalistes travaillant au Royaume-Uni ont été l’objet de menaces de mort en provenance d’Iran », a tweeté le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly, repris par Rfi.

Au même moment au Sénégal, les journalistes engage le combat en faveur de la liberté de presse entravée par le régime de Macky Sall dont la justice a emprisonné le journaliste d’investigation Pape Alé Niang. il est poursuivi pour avoir divulgué des informations “de nature à nuire à la défense nationale”, pour “recel de documents administratifs et militaires”, et pour avoir diffusé de “fausses nouvelles de nature à jeter le discrédit sur les institutions publiques”.

À lire aussi : PAPE ALÉ NIANG PLACÉ SOUS MANDAT DE DÉPÔT

Les organisations de la Presse regroupant les journalistes, les techniciens et l’ensemble des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal, dénoncent vigoureusement l’emprisonnement du journaliste Pape Alé Niang.

Un abus de pouvoir en porte- à-faux avec les engagements du Président Macky Sall, (le 25 octobre 2015 à Cnews) , selon lesquels aucun journaliste ne sera mis en prison au Sénégal, dans l’exercice de sa profession.

Lire aussi : (VIDÉO) ARRESTATION DE PAPE ALÉ NIANG: BARTH « LE PAYS EST EN DANGER, C’EST UNE ENTRAVE À LA LIBERTÉ DE… »

En se fondant sur les principes qui régissent la profession du journaliste, les organisations de Presse ne sauraient cautionner une telle forfaiture. Ainsi elles condamnent avec la plus grande fermeté la violation des libertés liées à l’exercice du métier de journaliste.

 

Senegal7