Menaces de mort contre ses critiques : Le « Macky » a-t-il perdu la raison ?

Manifestement le régime de Macky Sall est très amnésique aux critiques. Alors que la démocratie a pris un sacré coup sous l’ère Macky Sall qui, pourtant, a accédé au pouvoir après une lutte acharné pour la démocratie. Les acquis démocratiques de 2011 piétinés en 2022 avec des atteintes manifestes. Fort de ce constat, l’ancienne présidente du CESE, Aminata Tall estime entre autres, que « la démocratie a reculé » sous Macky Sall et qu’il ne peut y avoir d’élections législatives dans ces conditions.

Soutenue en cette position « courageuse » par Mankeur Ndiaye. Ce qui lui a valu une avalanche d’attaques de la part du pouvoir. Mais certains seraient allés plus loin proférant des menaces de mort.

« Depuis (avant) hier (mardi), j’enregistre des injures et des menaces de sévices physiques et de mort. Je prends à témoin l’opinion nationale et internationale. Je n’ai offensé personne. Je n’ai dit du mal de personne. Je continuerai de plaider pour le dialogue politique et des élections inclusives »,

a tweeté l’ancien ministre des Affaires étrangères et non moins ancien chef de la Mission des Nations unies en Centrafrique.

Ceux qui avaient également défendu que le président Macky Sall n’avait pas droit à un troisième mandat ont connu le même sort ou presque. Sori Kaba, Moustapha Diakhaté et tant d’autres ont soit été exclus de l’APR ou tout bonnement démis de leurs fonctions pour avoir des positions contraires à la volonté du « chef » Macky Sall.

A.K.C – Senegal7