L'Actualité en Temps Réel

Mis en place d’un Conseil Supérieur des religieux : Cheikh M.Mahi Ibarhima Niass reste pessimiste

0

Le Khalife Général de la Fadya Tidianya ,Cheikh Mouhammadou Mahi Ibrahima Niass est d’avis que ressusciter le Conseil Supérieur des chefs religieux musulmans du Sénégal lui semble impossible. Pour cause,il indique  sur les colonnes de l’Astre de Hann que ceux qui avaient conduit à son éclatement pour des intérêts politiques sont toujours là. Le Guide religieux a aussi expliqué la,portée historique du Gamou et son importance pour propager els enseignements du Prophète (Psl).

Le Khalife de Medina Baye est d’avis que certains soutiennent que le Gamou c’est du « bidâ » (innovation). « Je peux le leur concéder, mais il faut qu’on soit d’accord sur la nature de ce « bidâ ».Nos  guides religieux y ont fait recours pour des raisons nobles : l’expansion de l’islam.

En effet  à l’époque, nous n’avions pas assez d’écoles coraniques pour propager le message de l’islam. Seuls ses rassemblements leur offraient la possibilité de le véhiculer et de retracer la vie et l’œuvre du Prophète (Psl),ainsi que ses compagnons, de transmettre les enseignements de cette religion.

A l’époque, il existait des Gamous mais cela n’avait rien de religieux, c’était du paganisme. Etant donné que le mot Gamou signifiait rassemblement chez les populations, nos chefs religieux ont décidé de conserver le nom, mais en changeant foncièrement le contenu qui n’est plus d’essence païenne mais religieuse.

»Pour le khalife de Medina Baye,en appelant ainsi les gens à venir à ce nouveau type de Gamou,ils réussissaient ensuite à en convertir beaucoup grâce aux messages qu’ils délivraient à cette occasion. Donc, explique-t-il, le Gamou était pour nos guides religieux une stratégie pour répandre l’islam au Sénégal.

Il précise que cela n’a rien à voir avec la connotation que certains veulent lui donner de nos jours. « je n’ai rien contre ceux qui brocardent les soufis ,mais il serait bien que nous apprenions à respecter notre passé et le rôle éminemment crucial joué par nos guide religieux pour que l’islam s’installe et se répande au Sénégal ».

En ce qui concerne le Conseil Supérieur des chefs religieux musulmans, Cheikh Mouhammadou Mahi Ibrahima Niass indique qu’il existait ,entre 1958 et 1959.Cheikh Al islam ,El Hadji Ibrahima Niass,Serigne Abdou Aziz Sy « Dabakh » et bien d’autres furent parmi ceux qui se sont battus pour que ce Conseil supérieur des chefs religieux musulmans voie le jour.

Mais ressusciter cette structure, aujourd’hui, ne me semble pas possible. Quelqu’un est venu me le proposer mais je lui ai répondu que ceux qui avaient conduit à son éclatement, pour des intérêts politiques, sont toujours là. Donc, si on remet en place ce Conseil, ceux qui l’avaient torpillé referaient la même chose. (…).

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire