Accueil Actualités Mohammed ben Salmane entre complots, purges…, voici l’itinéraire d’un prince à la...

Mohammed ben Salmane entre complots, purges…, voici l’itinéraire d’un prince à la main de fer

Le prince-héritier d’Arabie saoudite a montré au monde un visage de réformateur, tout en faisant preuve de brutalité dans sa gestion des affaires du pays.

Il voulait « faire entrer l’Arabie saoudite dans le XXIe siècle ». Jeune, dynamique, réformateur, prônant « un islam du juste milieu »… Mohammed ben Salmane, prince-héritier du trône saoudien, a dépensé beaucoup d’énergie et de pétro-dollars, pour tisser et renforcer ses relations économiques et diplomatiques avec les alliés du royaume, Etats-Unis en tête, ces dernières années. Mais l’affaire Jamal Khashoggi, jette une lumière crue sur la face sombre de prince « MBS ».

Dans les rues de Riyad, on l’appelle parfois « Abu Rasasa », littéralement « le père de la balle ». Le surnom lui vient d’une anecdote, murmurée jusque dans les couloirs des ambassades. Lorsqu’il était âgé d’à peine plus de 20 ans, MBS aurait forcé la main d’un juge saoudien qui refusait de signer un document, en déposant une balle de pistolet sur son bureau, « Signez ou ceci est pour vous ». Véridique ou non, « l’histoire de la balle » révèle la crainte qu’inspire déjà le jeune MBS, qui n’a pas encore entamé sa fulgurante ascension des marches du pouvoir.

Son père, Salmane ben Abdel Aziz Al-Saoud, succède à Abdallah sur le trône, en 2015, et MBS est nommé ministre de la Défense. A tout juste 30 ans, il déclenche, par son intervention militaire au Yémen, ce qui est aujourd’hui considéré comme la pire catastrophe humanitaire du XXIe siècle, qui a fait plus de 10 000 morts, affamé des millions de Yéménites et entraîné une terrible épidémie de choléra. Trois ans plus tard, le prince refuse toujours de se retirer du conflit, au risque de céder le terrain à son ennemi juré, l’Iran, avec lequel il se dispute le statut de chef de file des Etats musulmans.

Quelques semaines avant ses 32 ans, Mohammed ben Salmane est propulsé héritier du trône, à la place de son respecté cousin Mohammed ben Nayef, alors ministre de l’Intérieur. Salmane offre ainsi les clés du royaume à son « fils préféré »« né de son épouse préférée », précise la presse internationale. Mais pour convaincre le Conseil d’allégeance, qui détermine la succession au trône, MBS a joué des coudes. Son entourage a mené une efficace campagne de dénigrement, en décrivant Mohammed ben Nayef, dépendant aux antidouleurs depuis une tentative d’assassinat d’Al-Qaïda, comme un drogué inapte à gouverne.

Mais la mort suspecte de Jamal Khashoggi, Saoudien exilé aux Etats-Unis, éditorialiste au Washington Post, va-t-elle rebattre les cartes ? Tandis que les premiers éléments de l’enquête pointent l’implication de l’entourage direct de Mohammed ben Salmane, le vent tourne…

Souleymane Sylla-senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici