Mort d’Emiliano Sala : le footballeur aurait été intoxiqué au monoxyde de carbone

0

Nouvelles révélations dans l’enquête sur la tragique disparition du footballeur argentin Emiliano Sala le 21 janvier dernier. D’après les enquêteurs britanniques, l’attaquant et son pilote, David Ibbotson, auraient été exposés à des niveaux « potentiellement mortels » de monoxyde de carbone avant la chute mortelle de l’avion dans la Manche.

Les tests toxicologiques effectués sur le corps de Sala ont révélé « un niveau de saturation élevé en COHb (produit associant le monoxyde de carbone et l’hémoglobine) », a déclaré le bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) dans un bulletin spécial ce mercredi. Le joueur argentin présentait un taux en COHb de 58 %. Or « un niveau de 50 % ou plus chez un individu par ailleurs en bonne santé est généralement considéré comme potentiellement fatal », a précisé l’AAIB.

« Les symptômes associés à de faibles niveaux d’exposition [au monoxyde de carbone] peuvent causer une somnolence et des vertiges, mais à mesure que le niveau d’exposition augmente, il peut entraîner une perte de conscience et la mort », a expliqué le responsable de l’AAIB, cité par la BBC.

Comment le monoxyde de carbone a-t-il pu pénétrer la cabine ?

Le pilote de l’avion, dont le corps n’a toujours pas été retrouvé, aurait également été exposé à ce gaz. Le responsable de l’AAIB a indiqué que les deux hommes l’auraient été avant le crash de l’avion.

Si l’enquête continue d’évaluer plusieurs pistes liées à un accident, l’étude sur « les moyens potentiels par lesquels le monoxyde de carbone a pu pénétrer dans la cabine de l’avion » semble désormais privilégiée, a précisé l’AAIB.

Selon les enquêteurs, « une mauvaise étanchéité de la cabine ou des fuites dans les systèmes de chauffage et de ventilation par les gaz d’échappement » pourraient être en cause.

Sala venait de signer un contrat à Cardiff

Sala et son pilote se sont écrasés alors qu’ils se rendaient à Cardiff depuis Nantes. Sala avait signé pour le club anglais le 19 janvier, deux jours seulement avant l’accident, et était rentré à Nantes pour faire ses adieux à ses anciens coéquipiers.

Les recherches officielles avaient été annulées le 24 janvier après que le capitaine du port de Guernesey eut déclaré que les chances de survie étaient « extrêmement faibles ». Mais une cagnotte en ligne lancée par l’agent de Sala a permis de collecter 324 000 livres sterling (371 000 euros) pour une recherche privée dirigée par le scientifique et océanographe David Mearns.

SALIOU NDIAYE

Leave a comment