Mot d’ordre ou stratégie : Le silence surprenant du « Baye Fall » du Président !

Les analystes politiques n’en démordent pas de tenter de  cerner quelque peu le silence de l’ex-Secrétaire général de la présidence de la République, Mahammad Boun Abdallah Dionne, après son retrait de l’attelage gouvernemental. Sur les colonnes du journal Observateur, la journaliste-formateur, Ibrahima Bakhoum esquisse quelques pistes de réflexion à cet effet.

L’ex Premier Ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne a laissé un vide depuis son départ de la primature mais aussi du Secrétariat général de la présidence de la République poste qu’il a dernièrement occupé. « Son silence est surprenant parce qu’il se réclamait publiquement d’être le « Baye Fall » du Président Macky Sall.

Il était toujours prêts à aller au charbon .Il était  fidèle et loyal à Macky et n’hésitait pas à descendre au plus bas pour le défendre. Depuis qu’il a quitté l’attelage gouvernemental, on ne l’entend plus et il n’est plus au-devant de la scène  ni au plan institutionnel encore moins au plan politique. C’est donc surprenant qu’on ne l’entende plus.

S’agit-il d’un mot d’ordre ou d’une stratégie ? Ces quelques mots de l’analyste politique Ibrahima Bakhoum donne un aperçu de la complexité  que revêt le silence bruissant de Boun Dionne en tant que « Baye Fall » du  Chef de l’Etat. Leurs relations n’auraient pourtant souffert d’aucune fioriture.

Ce qui pousse au journaliste-formateur d’en déduire  sans détour que le silence de Dionne a eu un impact négatif sur les explications des actions gouvernementales. Toutefois, il présume que ce silence peut-être une stratégie payante dans cette période de confusion et d’invectives, etc. « Si on le laisse à l’écart pendant un moment, sa sortie peut  avoir de la valeur.Je ne crois pas son silence soit une sanction.

Mais dans tous les cas, son silence a un impact négatif dans la communication gouvernementale, même si les répondeurs automatiques ne sont pas les meilleurs communicants, renseigne-t-il. Depuis que le Président de la République a supprimé le poste de PM et qu’il a éloigné Boun Dionne de l’action gouvernementale, les réalisations du pouvoir ne sont plus miroitées, renseigne Dr Momar Thiam qui ajoute que l’on s’chemine vers  des élections locales qui peuvent être un test petite nature des prochaines Législatives. Et qu’une voix qui reflète l’action gouvernementale  aurait été salutaire.

Assane SEYE-Senegal7