Ageroute

Mouhammad (PSL), quel sublime message ! ( Dr Mounirou NDIAYE, économiste)

Louange à Allah (SWT), La Source Unique de Lumières qui n’a ni commencement ni
fin. Paix et Salut sur le Sceau des Prophètes Mouhammad (PSL) qui est
l’interlocuteur et l’intercesseur principal de toutes les créatures. Avant lui, Allah SWT
a gratifié l’humanité de la venue progressive d’avertisseurs dont les messages sont
le continu de la notice globale qui doit régir la vie des hommes sur terre. Il est écrit
dans le verset 136 de la Sourate 2 du Coran : « Dites: Nous croyons en Allah et en
ce qu´on nous a révélé, et en ce qu´on n´a fait descendre vers Abraham, Ismaël,
Isaac, Jacob et les Tribus, et en ce qui a été donné à Moïse et à Jésus, et en ce qui
a été donné aux autres prophètes, venant de leur Seigneur: nous ne faisons aucune
distinction entre eux. Et à Lui nous sommes Soumis ».
Le Coran est la synthèse parfaite de tous les messages prophétiques précédents. Il
constitue ainsi le savoir sublime qu’aucun autre savoir ne peut supplanter, et dont
l’ignorance, dans ce monde gouverné par les idées des hommes, est la cause de
toutes les formes de crises auxquelles sont confrontées les sociétés dites modernes.
Le Coran a bien évoqué, dans les deux derniers versets de la sourate 106, les deux
fondements de la quiétude des hommes, à savoir la nourriture et la sécurité : « Qu´ils
adorent donc le Seigneur de cette Maison (la Kaaba). Qui les a nourris contre la faim
et rassurés de la crainte! ». La crise économique actuelle est d’abord une crise du
pouvoir d’achat causée par le chômage de masse, l’exacerbation des dynamiques
capitalistes, l’utilisation abusive de la planche à billet dans les pays riches (lors de
crise financière de 2008 et lors de la pandémie du Covid-19 en 2020) et
l’hyperinflation aggravée par les trop fortes spéculations financières et sur les
matières premières. Cette crise du pouvoir d’achat est en train de creuser davantage
la pauvreté et la faim dans plusieurs pays.
Ensuite, les perturbations sociales notées dans plusieurs pays africains, les tensions
et conflits notés un peu partout notamment en Palestine, en Irak, en Syrie, en Libye,
au Yémen et plus récemment en Ukraine, sont la cause d’incertitudes notoires sur
les capacités de résilience économique de l’humanité dans le court et le moyen
termes. L’Ukraine et la Russie représentent le tiers des exportations de blé et de gaz,
80% de la production d’huile de Tournesol et une majeure partie de la production de
colza dans le monde. Avec le conflit actuel entre ces deux pays, la rareté se fait de
plus en plus sentir, accentuant du coup la spéculation et se traduisant par une très
grande tension sur les prix des denrées alimentaires. L’énergie en a pris un sacré
coup avec une hausse des cours, alors qu’elle est l’élément le plus important des
facteurs de production.
La lecture de cette situation sous l’angle coranique part d’abord du postulat que la
terre est régie par des équilibres et que chaque être vivant y a sa place. Allah SWT
s’est attribué la charge de nourrir chacune de ces créatures : « Il n´y a point de bête
sur terre dont la subsistance n´incombe à Allah qui connaît son gîte et son dépôt; tout est
dans un Livre explicite » Coran 11 : 6. Allah SWT a tenu sa promesse, puisque le
Produit Mondial Brut est plus que suffisant pour permettre à chaque être vivant de

vivre en quiétude. La répartition des richesses incombe aux hommes selon des
critères et des normes bien édictés dans tous les livres saints. Donc les
déséquilibres, les inégalités et les disparités sur terre tiennent sur l’égoïsme des
hommes. C’est pourquoi l’Islam, de même que la Bible ou la Tora, sont innocents de
toute forme de procès que l’on peut formuler à leur encontre.
Certains auteurs comme Marx Weber ont cherché en vain à ternir l’image de l’Islam
en tant que force de proposition pour un monde meilleur. Le marasme intellectuel de
ces détracteurs de l’Islam provient de leur incapacité à savoir que l’homme est tenu
de concilier une double existence, matérielle et spirituelle, dont l’entretien de l’une et
de l’autre dimension détermine un équilibre qui est la seule source du bonheur tant
recherché par les humains. Le fait par exemple d’indexer le jeûne et les cinq prières
quotidiennes comme étant des sources d’improductivité repose sur un manque de
discernement bien malheureux pour des auteurs qui se considèrent comme des
chrétiens protestants. Quand l’Islam enjoint de ne pas rompre les équilibres sur terre
(sourate 7 Verset 85), c’était effectivement pour éviter les excès actuels qui ont mené
à une surexploitation de la nature source de dérèglements et de dégâts climatiques
colossaux, et qui favorisent l’obésité et les maladies glycémiques et
cardiovasculaires.
Les médecins, les biologistes et les chimistes ont tous démontré les vertus du jeûne
en tant que médicament, nettoyant et moyen de rétablissement des équilibres dans
le corps humain. Une série de questions se posent : que faut-il préférer, entre les
excès favorisés par la société de consommation capitaliste et les rituels musulmans
qui permettent à l’homme de garder son équilibre physico-spirituel ? A la longue qui
est plus productif, entre celui qui fait des excès jusqu’à en tomber malade et celui qui
jeûne pour garder son équilibre ? Quelle est la meilleure démarche pour l’humanité
entre produire et accumuler des richesses en excès au détriment de la nature et
sauvegarder les équilibres de l’écosystème et économiser les coûts des dégâts
naturels pour la postérité ? L’Islam a déjà tranché pour l’équilibre et la mesure sous
la triple dimension vis-à-vis de l’homme lui-même, vis-à-vis de la nature et vis-à-vis
des autres hommes.
Paix et Salut sur le prophète Mouhammad, qui nous a apporté les clés de l’équilibre
et de la mesure que l’homme s’entête à ignorer en insistant sur le chemin de sa
perte.
Bonne fête d’Aid El Fitr.

Dr Mounirou NDIAYE, économiste