Accueil Actualités Moustapha Diakhaté : « Macky Sall veut instaurer la censure »

Moustapha Diakhaté : « Macky Sall veut instaurer la censure »

Programmes des radios et télévisions : Macky Sall veut instaurer la censureLe renforcement de la paix sociale, la cohésion nationale, l’autorité de l’Etat et les intérêts nationaux ont toujours été des subterfuges hypocrites pour installer les dictatures que l’Afrique a connues au début des indépendances. Macky Sall veut replonger le Sénégal dans le corsé senghorien des années soixante.Monsieur Macky Sall veut transformer les radios et télévisions privées en médias à plat ventre. Avec sa déclaration sur les programmes de radios et télévisions privées, le Président de la République menace expressément la liberté de presse.Ne le laissons pas censurer et restreindre la liberté d’expression.

Lors du Conseil ministres du Mercredi 3 février, le Président de la République, en parlant des radios et télévisions, a évoqué la nécessite de veiller au renforcement de la qualité des programmes, soi-disant pour renforcer la paix sociale, la cohésion nationale, l’Autorité de l’Etat et les intérêt du Sénégal. Derrière des intentions apparemment louables, le Président Macky Sall veut s’ouvrir la possibilité d’installer un régime liberticide de pratiques dangereuses de censures des programmes de radios et télévisions, notamment privées. Il s’agit pour lui de légaliser une censure présidentielle, à travers laquelle Monsieur Sall peut du jour au lendemain faire fermer toute radio et télévision au gré de ses désirs et volontés.

L’objectif du Président Sall est de transformer les radios et télévisions privées en médias à plat ventre à l’instar de la Rts1.Cette dérive dictatoriale doit être combattue avec plus de force pour défendre les libertés publiques fondatrices de la République, de la démocratie, de l’Etat de droit démocratique et de la liberté d’expression.Contrairement à ce qu’a dit le Président, ce ne sont pas les programmes des radios et télévisions privées qui représentent un danger pour le Sénégal.

En réalité, les périls qui pèsent sur le Sénégal découlent du non-respect, par son gouvernement, des accords signés avec les partenaires sociaux, de l’appauvrissement général de la population, des partis pris claniques, régionalistes, la violation systématique de la Constitution, des Lois et Règlements, de l’exclusion du secteur privé national dans l’essentiel des chantiers de l’Etat, du recours à des mesures d’exception, des violences policières, de l’interdiction des manifestations, des reports des scrutins, de l’accaparement des médias publics. Ce sont ces tarés qui menacent la paix sociale, la cohésion nationale, l’Autorité de l’Etat et les intérêt du Sénégal et non les programmes des radios et télévisions.

Contrairement à son discours paternaliste d’auto glorification, Monsieur Macky Sall est le Président de la République qui a le moins fait pour le secteur audiovisuel et le renforcement de la liberté de presse.L’application intégrale du code de la presse dont il se targue, avec un retard de plus de trois ans, est une obligation constitutionnelle de respecter une Loi de la République. Il s’y ajoute qu’il ne s’agit pas d’une faveur faite à la presse mais un devoir de tout État démocratique de soutenir les entreprises de presse en terme d’amnistie fiscale, de baisse des redevances et de création du Fonds d’Appui au Développement de la Presse.

Tous les sincères démocrates sénégalais doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que la presse libre sorte gagnante des coups de butoirs que prépare Président Macky Sall. Des jours sombres attendent la démocratie si nous ne nous mobilisons pour faire échec à son projet funeste de vassalisation de la presse. Soixante ans après l’indépendance, la démocratie sénégalaise ne peut pas se permettre de laisser le pouvoir en place confiner, par la tyrannie, la corruption, la liberté de la presse, des radios et télévisions privées. Nous devons prendre conscience que le Président de la République ne peut pas faire avancer son projet dictatorial qu’en empêchant les libres médias de masse de faire la lumière et d’attire l’attention des populations sur les dangers qu’il représente pour la démocratie sénégalaise et l’Etat de droit démocratique. Vive la République !Vive le Sénégal !

Moustapha Diakhaté 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici