Moutons et denrées excessivement chers : Faut-il surseoir à la Tabaski ?

Reporter la Tabaski ? L’idée parait irréaliste mais bien des « gorgorlus » y adhéreront. À moins de 72 heures de la célébration de l’Aid El Kébir, l’inflation est intenable. Moutons, légumes, et autres denrées nécessaires à la préparation des mets sont hors de portée du Sénégalais lambda. Ça court dans tous les sens.

Les moutons sont jusqu’à cette veille de tabaski trop chers. Avec des prix hors de portée du Sénégalais moyen, le mouton est un casse-tête qui s’est ajouté au prix des légumes comme la pomme de terre dont le prix du sac est passé de 4000 Cfa à 9500 frs. Le poivron vert qui coûtait 2500 frs est maintenant à 8000 frs. Le kilo d’oignon est passé de 300 frs à 600 frs. Le prix de l’ail a triplé.

Sur le marché des denrées, légumes et condiments, tous les prix sont passés du simple au double, constate La Tribune. Pour les moutons de Tabaski de cette année également, les prix affichés à ce jour au niveau des différents points n’arrangent pas Goorgorlou. La Tabaski qui est une occasion pour certains de se transformer en opérateurs économiques de circonstance et tenter le coup d’une «opération Tabaski», a fait qu’il y a des tentes partout à Dakar.

Mais pour le moment, les prix sont toujours hors de portée du Sénégalais lambda, malgré les mesures pour la facilitation de l’implantation des points de vente, les facilités consenties pour le transport des moutons et les subventions sur le prix de l’aliment Jaarga.

Les prix varient à ce jour entre 100.000 et 2 millions selon le mouton ciblé. Pour un mouton de Tabaski, c’est quand même trop cher payé pour des Sénégalais qui doivent faire face à des dépenses de loyers et de nourriture. Les moutons ne sont pas les seuls problèmes des pères de famille. Le prix de la pomme de terre, de l’huile qui sont utilisées en grande quantité pendant la tabaski, connaît une flambée. Pour la pomme de terre, le prix du sac risque de dépasser la barre des 10.000 frs. Les Sénégalais qui fêtent l’Aïd dans un contexte post-crise sanitaire, sont toujours en train de vivre les conséquences des mesures prises contre la maladie, notamment, le couvre-feu et les autres restrictions anti-Covid qui ont eu comme conséquence, un appauvrissement généralisé de la population.

A.K.C – Senegal7