Accueil Culture Mutilations génitales : Le Sénégal peine à faire appliquer la loi

Mutilations génitales : Le Sénégal peine à faire appliquer la loi

Le Sénégal est considéré comme un bon élève en termes de ratifications des lois. Le hic est qu’il peine à les appliquer. C’est le cas de celle liée à l’interdiction de l’excision. Depuis 1999,la loi existe mais fait face à des obstacles.

L’excision  qui consiste à procéder à la mutilation des parties génitales de la femme est une pratique qui continue son bonhomme de chemin dans notre pays .L’article 299 du Code pénal indique que sera puni d’un emprisonnement de 5 à 6 ans, quiconque aura porté ou tenté de porter atteinte à l’intégrité de l’organe génital d’une personne de sexe féminin par ablation  totale ou partielle d’un ou plusieurs de ses  éléments ,par infibulation, par insensibilisation ou par un autre moyen. La  peine maximale sera appliquée lorsque ces mutilations sexuelles sont réalisées ou favorisées par une personne relevant du corps médical ou paramédical. La coordonnatrice de génération fille, Soukeyna Ndao Diallo, rappelle que lorsqu’elles auront entrainé la mort, la peine des travaux forcés à perpétuité sera toujours prononcée. « Si la personne meurt, le coupable sera condamné à vie », précise-t-elle. Cependant en plus d’une résistance locale de certains religieux et autorités coutumières, l’Etat dépense 50 millions de FCFA par an, ce qui est minime pour la lutte contre l’excision.

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici