Accueil Actualités Naufrage le « Joola »: 18 ans de souffrance et de promesses non tenues

Naufrage le « Joola »: 18 ans de souffrance et de promesses non tenues

Le drame avait plongé tout un peuple dans la consternation totale. Le 26 septembre 2002, un jeudi, à 23h30 environs, sombrait le « Joola » aux larges des côtes gambiennes emportant la vie de 1 953 personnes. La tragédie du « Titanic africain », pour certains, coïncidait avec la rentrée scolaire et universitaire. De nombreux élèves et étudiants qui devaient rejoindre Dakar voyageaient à bord du « Joola ». Il y ont tous ou presque laissé leur vie. Sur les près de 2000 passagers, seuls 64 ont survécu. 

Des rescapés dans la détresse totale

Chaque année depuis le naufrage du « Joola », il y’a 18 ans, la douleur s’empare des rescapés qui souffrent de troubles psychiques. Visiblement, ils sont laissés à eux-mêmes. Aucun accompagnement psychologique encore moins psychiatrique ne leur est offert. Malgré, les sommes d’argent reçues par les pupilles de la nation, celles-ci n’arrivent point à prendre en charge leurs frais d’études. En dépit de l’érection d’une agence des pupilles de la nation, aucune volonté politique n’est affichée par l’Etat du Sénégal à cet effet. « Les autorités avaient promis de prendre en charge les orphelins, mais il se trouve que sur 1900 orphelins, seuls 720 ont été pris en charge par l’Office national des pupilles de la nation, que je remercie au passage pour leur abnégation Beaucoup d’élèves et d’étudiants ont péri dans ce naufrage donc la logique voudrait que l’État s’occupe davantage de ce pupilles, ne serait-ce que pour compenser ces pertes enregistrées dans les rangs jeunes, a suggéré le Président du collectif des familles des victimes du bateau le « Joola ».

18 ans après, où en est le dossier ?

Que de promesses ! D’abdoulaye Wade à Macky Sall qui ont géré ce dossier, aucun avancement n’a été noté. Chaque commémoration, ce sont des promesses aux familles de victimes meurtries par une perte que certainement rien ne peut combler.  Sur le plan judiciaire, le dossier n’aboutit pas. Les familles restent toujours sur leur faim. En effet, le dossier a été classé sans suite par la justice sénégalaise, ce qui augmente la colère noire des familles qui, des le début, attendaient des sanctions sévères contre toutes les autorités incriminées dans ce dossier. Mais que nenni.

Les familles de victimes, toujours dans l’attente

Les familles des victimes souffrent de ce qui apparaît comme une indifférence totale de la part de l’Etat du Sénégal. Pendant 18 ans, elles attendent que cette affaire soit tirée au clair et que les responsables soient sanctionnés. « Nos attentes demeurent intactes. Nous n’avons cessé de demander que justice soit faite C’est franchement aberrant qu’un tel drame se produise impliquant la responsabilité de beaucoup de personnes et qu’aucune d’entre elles ne soit inquiétée. Dans ces genres de situation, on a une faute soit excusable soit non excusable. Et dans ce cas de figure, on a une faute non excusable et l’Etat doit être le principal responsable: or ils ont désigné le commandant du bateau comme le seul responsable pénal » a regretté le Président du collectif des familles des victimes du bateau le « Joola ». Selon Boubacar Ba qui a perdu quatre (4) membres de sa famille, l’Etat doit revoir sa position par rapport à tout cela.

Aujourd’hui, dix-huit (18) ans  jour pour jour après la tragédie, le souvenir est toujours vif. Après le projet d’un renflouement de l’épave, qui repose sur un fond sablonneux à une vingtaine de mètres de profondeur, les familles des victimes espèrent encore une stèle, un mémorial au port de Ziguinchor, face à la Casamance. Pour ne pas oublier tous les morts et disparus de la plus importante catastrophe maritime civile connue par le Sénégal.

A.K.C – Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici