Accueil Actualités «Ndeup national »sur Sonko : Menacé de mort, traité de terroriste et...

«Ndeup national »sur Sonko : Menacé de mort, traité de terroriste et d’insulteur

Depuis la présentation de son livre-programme   aux sénégalais, c’est presque la descente aux enfers pour  un homme politique de sa trempe dont le seul tort est d’avoir  convoité le fauteuil présidentiel. Cet homme-là,  s’appelle Ousmane Sonko. Devenu plus populaire que le Chef de l’Etat Macky Sall, le leader de Pastef est aujourd’hui menacé de mort, traité de terroriste et d’insulteurs de  Chefs d’Etat.

Ousmane Sonko est apparemment devenu plus populaire que le Président Macky Sall. Il n’y a pas un seul jour où il ne fait pas les Unes de la presse nationale. Même au niveau des quartiers, des villes et des régions, il est sur tous les lèvres en raison surtout de l’acharnement dont il serait victime de la part du pouvoir en place. Et la chronologie des événements qui s’enchainent sur sa personne, sa famille et ses militants démontre  à suffisance que Sonko gagne du terrain sur le plan  de sa politique de communication. Candidat déclaré à la prochaine présidentielle, depuis la publication de son livre-programme « Solutions », c’est presque l’enfer pour lui. Ses responsables de Ziguinchor ont aussitôt reçu la visite de « nervis » fouillant ses fiches de parrainage. Ensuite, c’est sa mère qui reçoit la visite de gendarmes dont l’un d’eux a été formellement identifié et dont leur présence laissait à désirer. Ainsi dans la foulée, Mariama Sagna sa militante de Keur Massar en banlieue Dakaroise est sauvagement assassinée pour des raisons non formellement élucidées. Sonko est de facto traité de « salafiste »par un marabout-politicien spécialiste de manœuvres   politico-religieux. Et la dernière schématisation qui lui est servie est relative à une vidéo datant de longtemps où ils s’élevait contre ceux qui ont eu à diriger le pays et qui ont mis à genoux le Sénégal. Cette vidéo procède du réchauffé fouillé par ces détracteurs et le présentant comme quelqu’un qui aurait demandé que l’on fusille   nommément nos Chef d’Etat pour prévarication. En conférence de presse ce mardi à la permanence de son parti, Ousmane Sonko qui reste toujours serein dit être victime de « ndeup national », de menaces de mort et traité d’insulteur de Chefs d’Etat. A charge aux Sénégalais d’en juger.

Assane SEYE-Senegal7