L'Actualité en Temps Réel

Neymar, la poule aux œufs d’or du PSG

0

Le PSG et la LFP se frottent les mains: qu’il joue ou pas, Neymar est un formidable vecteur de croissance pour la Ligue 1 et le club parisien.
Un chiffre et un seul montre à quel point Neymar a changé la donne au PSG: depuis son arrivée à l’été 2017, le club de la capitale a enregistré une progression de 78% sur le chiffre d’affaires du merchandising. Produit phare des boutiques officielles parisiennes, le maillot floqué au nom de la star brésilienne représente pas moins de 50% des ventes totales. Kylian Mbappé n’est pas en reste mais ne rivalise pas encore avec son illustre coéquipier, du haut de ses 23% de maillots vendus…

Le quotidien Le Parisien souligne par ailleurs une réalité: « Son nom ouvre toutes les portes pour les discussions autour des contrats de sponsoring, que Paris compte bien revoir sérieusement à la hausse à leur échéance. Unibet et Renault ont signé deux gros contrats récemment, chiffrés en millions d’euros annuels. En Asie, où le numéro 10 est une méga star, Paris commence à percer, à l’image d’un accord de plus de 20 millions d’euros sur trois ans et demi avec Desports. »

Source de revenus non négligeable pour les mastodontes du ballon rond européen, le sponsor maillot promet de battre tous les records également dès 2019, date de l’expiration du bail actuel en faveur de Fly Emirates. De 25 millions d’euros annuels aujourd’hui, cet apport pourrait passer à 50 millions l’an prochain. Suffisant pour franchir un palier et rejoindre un club comme Chelsea dans la hiérarchie mondiale. Le PSG accusant un bilan de sponsoring et naming à 86 millions d’euros par an quand le Top 5 met à l’honneur le Barça (212 millions d’euros de recettes dans cet unique secteur économique), Manchester United (173 M€), le Real Madrid (172 M€), Chelsea (116 M€) et le Bayern (104 M€).

La LFP jubile
Même ascension vertigineuse constatée au niveau de la billetterie. Au printemps 2017, le Parc des Princes avait permis au club parisien de récolter 42,44 millions d’euros sur la saison écoulée ; les chiffres – pour l’heure non publiés – de la saison 2017-2018 promettent d’être plus avantageux encore puisque le PSG a fait stade comble à chacune de ses sorties – une première dans son histoire !

De fait, la LFP jubile. « Cette saison, on a augmenté les affluences dans les stades de 7% et les audiences télés de 25%. Ce n’est pas la seule raison mais la venue de Neymar contribue à accélérer la croissance du foot français, note Didier Quillot, le directeur général de la Ligue, dans les pages du Parisien. C’est un « game changer » dans l’économie générale du modèle de la L1. Il y a un avant et un après Neymar. Cela montre que le championnat est attractif économiquement et sportivement. Il donne envie aux investisseurs de venir en France. »

A ce titre, Neymar ne pouvait raisonnablement pas manquer le Trophée des champions ce samedi face à Monaco. Une rencontre de prestige qui se jouera à Shenzhen, en Chine. « Nos partenaires chinois sont très attachés à ce que Neymar soit là. Il le sera et c’est très important pour contribuer à la promotion de la Ligue 1 », martèle Didier Quillot avant de préciser: « Qu’il joue ou qu’il ne joue pas… » La vérité du terrain n’étant plus l’essentiel désormais.

laissez un commentaire