Accueil Actualités Nigeria: au moins 28 morts dans des attentats-suicides dans l’État de Borno

Nigeria: au moins 28 morts dans des attentats-suicides dans l’État de Borno

attentat
attentat

Au moins 28 personnes ont été tuées et plus de 80 autres blessées dans trois attentats-suicides commis visant un camp de déplacés à Mandarari, une localité proche de Maiduguri, dans le nord-est du pays. La région est devenue depuis décembre dernier l’épicentre des violences commises par le groupe jihadiste Boko Haram.

L’État de Borno a de nouveau été le théâtre d’attentats meurtriers, ce mardi 15 août dans le district de Konduga. Des attentats-suicides commis, à nouveau, par des femmes kamikazes.
« Trois femmes ont déclenché leur ceintures explosives juste à l’entrée d’un camp de déplacés faisant 28 morts et 82 blessés », raconte à l’AFP Baba Kura, membre de l’une des milices qui combat Boko Haram dans cette région.
Selon ce témoin, la première femme s’est fait exploser vers 17h TU dans le marché situé à l’entrée du camp de déplacés de Mandarari. « Cela a créé de la panique, et les commerçants étaient en train de fermer leur boutique quand deux autres femmes se sont fait exploser, causant la majeure partie des morts et des blessés. »
« Plus de 80 blessés ont été conduits à l’hôpital de Maiduguri », a précisé Ibrahim Liman, chef des milices antijihadistes. Un afflux de blessés confirmé par une source hospitalière.

« Les groupes armés semblent chercher des cibles plus faciles »

Publicité
« Les camps tels que celui qui a été attaqué hier [mardi] abrite des femmes et des enfants déplacés qui sont ciblé de manière indiscriminée. Des villes qui étaient auparavant considérés comme sûres pour les civils sont désormais également attaquées », s’alarme Ernest Mutanga, le responsable de programmes du Conseil norvégien pour les réfugiés au Nigeria (NRC), dans un communiqué.
« A mesure que l’offensive militaire gouvernementale s’intensifie, les groupes armés semblent chercher des cibles plus faciles, comme ces sites qui abritent des civils », s’inquiète-t-il par ailleurs.
De fait, le district de Konduga, situé à 25 kilomètres de la capitale de l’État de Borno, a vu une recrudescence importante des violences ces dernières semaines. Fin juillet, près de 70 personnes avaient été tuées dans un attaque menée contre une mission de prospection pétrolière de la compagnie nationale Nigerian National Petroleum Company.
Début août, des vendeurs de bois ont été décapités par Boko Haram, qui les accusait d’être des espions du gouvernement nigérian. Plus récemment, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 août, le village d’Amarwa a été la cible d’une attaque d’hommes armés qui ont tiré sur les habitants.

Des violences en augmentation

Ces violences ont connu une importante augmentation depuis décembre dernier, après que l’armée nigériane a chassé les jihadistes de Boko Haram de leur bastion de la forêt de Sambisa.
Selon le Conseil norvégien des réfugiés, 190 incidents impliquant des civils ont été rapportés en juillet dans le nord-ouest du Nigeria. Un nombre qui est « beaucoup plus important que le total combiné des mois de mai et juin », note le NRC, qui s’inquiète également de voir une augmentation du nombre d’attaques ciblant spécifiquement les civils.
Depuis 2009, l’ONU estime que le conflit a fait plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés.

(avec AFP)

Publicité
Hello