Non Monsieur, un pouvoir dictatorial ne peut prospérer au Sénégal !

Après l’émission ndoumbelane d’hier samedi de Sen TV où  la talentueuse journaliste Néné Aicha était entourée d’analystes pointus de la trempe  du Professeur Serigne Saliou Guèye,du Professeur de philosophie Mamadou  Sanoussi Bâ, de Cheikh Omar Talla et enfin  de Mamadou Goumbala et d’un représentant du Conseil d’administration du groupe de presse DMEDIA ;nombre de sénégalais n’ont pu fermer l’œil à cause des analyses controversées d’un de ces membres sur la notion de pouvoir.

Le débat était de haute facture quoi que houleuse mais ce personnage qui respire les temps du parti unique  et de la pensée unique où les dictateurs gouvernaient avec violence et persécutaient leurs adversaires politiques sans aucun respect des fondamentaux de la démocratie se délectait de ses analyses. L’on ne peut s’empêcher de lever cette équivoque qui  ne cadre guère aujourd’hui d’avec la notion de  démocratie au sens diachronique du terme.

Parlant de l’affaire Bougane,ce personnage donnait des exemples à la pelle avec une dose de légitimation sur la possibilité d’éliminer son adversaire avec des armes non conventionnelles si le contexte le permet. Selon lui,il fallait s’attendre à ce que Bougane soit mis au pas par le pouvoir de Macky car ce dernier ne se laisserait pas avoir.

Mais dans son exercice de  légitimation de  cette façon très controversée de gouverner, il semble dire que c’est de bonne guerre si le Président Macky abat le fisc sur le groupe DMEDIA enclin à payer ce qu’il ne doit guère à l’Etat. D’ailleurs, le représentant du conseil d’administration de ce groupe qui était présent à l’émission a bien apporté les quitus et quittances attestant de leur conformité avec le fisc et l’Etat du Sénégal.

Comment un homme d’expérience de la trempe de ce Monsieur dont  nous nous gardons de citer le nom par respect à son âge,  peut-il se laisser aller à la légitimation d’un pouvoir  qui use d’armes non conventionnelles pour abattre ses adversaires au mépris de la loi et de la démocratie ! Si le Sénégal devrait s’inscrire sur cette dynamique pour de bon, ce serait une véritable catastrophe. Nos compatriotes aspirent aujourd’hui  à la démocratie et non au « démon qui écrase ».La nuance est de taille !

Assane SEYE-Senegal7