Accueil Actualités Nous ne nous soumettrons pas !

Nous ne nous soumettrons pas !

Un climat bizarre règne actuellement dans le pays. Cette vague d’arrestation constatée ces derniers jours rappellent les années sombres où la démocratie sénégalaise était encore balbutiante ou le simple fait de s’opposer, de livrer son opinion exposait les récalcitrants au foudre de la répression. Pourtant, malgré cette menace qui planait des sénégalais ont tenu tête et dans la clandestinité, la RESISTANCE s’était organisée pour s’ériger en rempart contre un régime « Senghorien » qui ne faisait pas dans la dentelle.

La lutte de ces sénégalais a poussé Abdou Diouf à desserrer l’étau en procédant à une ouverture démocratique permettant du coup, à des formations politiques, jadis dans la clandestinité de pouvoir jouer publiquement leur rôle de contre pouvoir. Ce qui ne faisait toutefois pas de notre pays un Eden démocratique. Emprisonnement et tentative de bâillonnement d’opposants étaient récurrents. Abdoulaye Wade en était l’une des principales cibles. Au terme de vingt-six ans d’opposition le Pape du Sopi réussit à terrasser dans les urnes le régime socialiste. Une alternance démocratique (alors rare en Afrique) qui installait le Sénégal dans le concert des pays cités en exemple. Néanmoins, le Président Wade s’est permis, au cours de son magistère, quelques libertés avec la démocratie. Mais ses tendances despotiques se sont souvent fracassées sur la détermination de sénégalais de tout bord. Des intentions de dévolutions monarchiques lui étaient attribuées, mais le niet catégorique d’une bonne frange de la population a sonné sa chute.

Macky Sall accéda au pouvoir. Le leader de l’Alliance Pour la République suscitait l’espoir. Le « premier président né après l’indépendance » a battu campagne sous le thème de la rupture et était attendu pour remettre le pays sur les rails et rompre définitivement avec la prédation des ressources publiques. Dès l’entame de sa gouvernance il se lance à la traque des biens mal acquis et prône « la patrie avant le parti ». Les sénégalais ne tarderont pas à se rendre compte de la vacuité de ce slogan. D’anciens barons libéraux, soupçonnés d’enrichissement illicite, se sont tout simplement réfugiés sous le « manteau marron-beige » pour échapper à la justice. Cette même justice qui n’a pas ménagé Karim Wade et Khalifa Sall. Ces sérieux adversaires du régime trainent encore leur condamnation comme un boulet. Ousmane Sonko, est aujourd’hui dans le viseur. Cette affaire concerne, en principe, deux citoyens d’égale dignité devant la loi. Nous n’allons pas ainsi nous substituer à la justice seule privilégiée à distribuer les torts et les blâmes. Toutefois, la capacité d’analyse n’est pas une compétence réservée exclusivement aux juges. Nous allons ainsi faire valoir notre droit de s’ériger en sentinelle dans cette affaire qui, depuis son déclenchement, a provoqué une vague d’arrestations au sein du Pastef et de la société civile. Notre chroniqueur et collègue Clédor Séne en a fait les frais et nous lui témoignons toute notre solidarité. Face à cette situation, il est de notre devoir de nous ranger derrière les intérêts de cette nation qui ne saurait emprunter les voies ténébreuses du despotisme… Non, nous ne nous soumettrons pas !

Mbissane TINE-Senegal7