L'Actualité en Temps Réel

Nouveau Palais et héritage colonial, de qui se moque le Faux-Lion

0

Avec son engagement de faire un mandat de cinq ans au lieu de sept, qui a fondu comme de la glace sous les rayons ardents du soleil de midi, il était déjà établi qu’assumer est loin d’être le point fort de Macky SALL. Entre avis et décision, il avait réussi à faire du Conseil constitutionnel l’institution à la base de son revirement spectaculaire. L’acrobate est en passe de s’élancer pour un nouveau mouvement casse-cou. Dans un Sénégal, où de presque tous les secteurs retentissent des complaintes de travailleurs déroutés et dépités, Macky annonce l’érection, à Diamniadio, d’un nouveau palais de la République. Pour faire passer la pilule de l’acquiescement, il jauge l’héritage colonial et l’estime suffisamment impopulaire pour faire avaliser ce que certains assimilent déjà à une lubie de prince.

Le président de la République trouve le salon d’honneur de l’aéroport de Dakar assez tranquille pour lui permettre de recevoir certains de ses hôtes. L’un des derniers qu’il y a reçu, le 16 février passé, c’est l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, qui n’a pas eu besoin de se rendre au palais présidentiel. Seulement, les activités de l’aéroport Léopold Sédar SENGHOR ayant été transférées avec tout ce qui assurait la sécurité des lieux, cette option est devenue plus qu’hasardeuse. En outre, avec tout ce qui est en train d’être construit à Diamniadio où Macky SALL indique vouloir transférer certains ministères, il ne serait incompréhensible d’y ériger une annexe du palais de la République. Mais dire cela ainsi, assumer sa volonté d’avoir un lieu de travail à Diamniadio, Macky SALL semble en être incapable. Inspiré, probablement, par le nouveau sorcier blanc qui lui sert de chargé de communication, il est allé chercher l’héritage colonial. « Ne l’oublions pas. Notre palais, très beau, est un héritage colonial et nous devons tout de même nous aussi laisser des traces. Je ne le fais pas pour moi, mais pour mon successeur », soutient-il.

Pourquoi ne pas commencer par ce qui ne coûte rien ?

Pour justifier l’opportunité de son projet, Macky SALL met en exergue et en cause l’héritage colonial. Qui l’aurait cru ? De qui se moque-t-on ? Simplement déroutant pour un président qui ne peut pas se rendre au palais de la République sans passer par ou à côté d’avenues et de rues qui ont pour noms : André Peytavin, Jules Ferry, Albert Sarault, Georges Pompidou, Carnot, Charles Mangin, Armand Angrand, Félix Faure, Alfred Goux, William Ponty. Plus que surprenant de la part d’un des plus grands défenseurs du franc des colonies françaises d’Afrique (CFA). A propos de ladite monnaie, justement, Macky SALL, interrogé par de journalistes français, disait : « La monnaie CFA a des avantages. Elle a peut-être aussi des inconvénients, mais peut-on tout de suite la jeter et engager une aventure ? Je ne sais pas. Je n’ai pas les arguments qu’il faut pour aller dans cette direction. Par contre, nous devons améliorer le fonctionnement de la zone monétaire. Par exemple, la manière dont la Banque centrale doit accompagner les États dans leur politique de développement. C’est là une question de fond. Nous avons une institution forte et crédible. Et il ne faut pas la déstabiliser, car, quoi que l’on dise, le franc CFA est une monnaie stable. Cela dit, si on arrive à nous prouver, sans considération politicienne, de lutte anticoloniale par exemple, qu’il faut choisir une autre voie, nous sommes assez autonomes et responsables pour l’emprunter. Pour le moment, j’aimerais qu’on nous éclaire davantage. En attendant, je dis que le franc CFA est une bonne monnaie à garder ». Rien de ce qu’on peut attendre d’un président de la République. Kémi Seba, qui pensait probablement que Macky SALL, alors en visite en Hexagone, ne parlait que pour faire plaisir aux Français, a été empaqueté et déporté. Inutile de revenir sur les nombreuses faveurs que le président SALL fait aux compatriotes d’Emmanuel Macron et qui tendent à renseigner qu’il n’est guère incommodé par l’héritage colonial.

Si Abdoulaye WADE a passé ses derniers jours au palais à chercher, notamment, le moyen de diminuer les effectifs des militaires français au Sénégal, lui ne s’est pas contenté de les maintenir. Aussitôt élu, Macky a couru en France conforter les accords liant les deux pays. Depuis, il en a tellement fait qu’il est devenu impertinent de conjuguer la colonisation au passé et inapproprié de parler d’héritage colonial.

Mame Birame WATHIE

laissez un commentaire