Accueil Actualités Nouvelle-Zélande: La grand-mère du tueur « C’est un bon garçon » «...

Nouvelle-Zélande: La grand-mère du tueur « C’est un bon garçon » « Il n’avait jamais dit un mot de travers sur les musulmans »

TOPSHOT - Brenton Tarrant, the man charged in relation to the Christchurch massacre, makes a sign to the camera during his appearance in the Christchurch District Court on March 16, 2019. - A right-wing extremist who filmed himself rampaging through two mosques in the quiet New Zealand city of Christchurch killing 49 worshippers appeared in court on a murder charge March 16, 2019. Australian-born 28-year-old Brenton Tarrant appeared in the dock wearing handcuffs and a white prison shirt, sitting impassively as the judge read a single murder charge against him. A raft of further charges are expected. (Photo by Mark Mitchell / POOL / AFP) / EDS NOTE HIS FACE MUST BE PIXELATED..ONLY HIS FACE--

Joyce Tarrant, 94 ans, est la grand-mère de Brenton Tarrant, le terroriste de 28 ans qui a commis un carnage hier dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. La dame âgée est dans l’incrédulité la plus totale aujourd’hui. « C’est un bon garçon, toujours aimable et poli. Il venait nous rendre visite deux fois par an », explique la grand-mère. La mère et la soeur du tueur se sont quant à elle terrées loin de l’attention médiatique. Elles seraient accablées par la gravité des faits.

Et soudain, le visage de son fils à la télévision

Sharon, la mère de Brenton Tarrant, ne savait rien des actes ni même des intentions de son fils lorsqu’elle a été interrogée par des journalistes qui ont appelé l’école où elle donne cours. Elle était en classe lorsque son fils a effectué son raid macabre contre les mosquées de Christchurch. Circonspecte devant des informations aussi invraisemblables, elle a finalement contacté la police en voyant soudain le visage de son fils apparaître à la télévision. Sa fille et elle sont totalement sous le choc et ne souhaitent plus aucun contact avec les médias.

Joyce, la grand-mère de l’auteur présumé, est également tombée des nues en apprenant qu’il était lié à un tel carnage. « Il nous rendait visite deux fois par an, la dernière fois c’était à Noël. Ces informations sont un choc. Nous essayons de digérer la situation, autant que possible. Il n’a jamais témoigné aucun signe d’extrémisme ».

« Il n’avait jamais dit un mot de travers sur les musulmans »

En 2010, Brenton Tarrant a par ailleurs perdu son père d’un cancer. Alors âgé de 19 ans, l’Australien se lance comme entraîneur de fitness à Granton, sa ville natale. Selon le gérant de la salle, il effectuait son travail avec passion. « Il était tout le temps ici, il aimait soulever des poids. Mais il donnait aussi cours gratuitement à des enfants. De toutes nos conversations, rien d’étrange n’est jamais ressorti. Il s’est mis à faire le tour du monde, et a visité notamment la Corée du Nord, le Pakistan et l’Europe. Peut-être qu’il a eu un déclic dans l’un de ces pays ».

Récit similaire du côté de Dunedin, la ville néo-zélandaise où il est venu vivre voilà deux ans. Il s’y était également investi dans le secteur du fitness. « Je ne l’ai jamais entendu dire un mot de travers sur les musulmans », explique un collègue. « Nos membres sont excessivement choqués, qui aurait pu s’attendre à une chose pareille? Il parlait volontiers de ses voyages et avait un accent particulier », voilà tout ce qui ressort des souvenirs de lui.

« En rue, il était toujours charmant »

Quant aux voisins de Brenton Tarrant, ils affirment n’avoir eu que peu de contacts avec lui. « On le croisait bien de temps en temps en rue, et là il était toujours très agréable. On ne peut pas croire ce qui s’est passé ».

L’auteur présumé des fusillades dans les deux mosquées, conduit devant le juge, s’est montré impassible à la lecture de l’acte d’inculpation pour meurtres dont il fait l’objet. Menotté et revêtu d’une tenue beige, il n’a réagi que pour grimacer en direction des médias, seuls autorisés à assister à l’audience pour des raisons de sécurité.