Accueil Actualités Olivier Boucal, leader de « Goudomp debout » : «...

Olivier Boucal, leader de « Goudomp debout » : « La commune de Goudomp manque de tout »

Olivier Boucal est un cadre de l’administration sénégalaise. Natif de Goudomp  et inspecteur du trésor, il a mis sur pied un mouvement politique dénommé « Goudomp debout ».Alliant patriotisme et engagement politique en faveur de son patelin, ce sénégalais bon teint a de l’ambition à revendre. Sur les colonnes du journal de l’Aurore du Sud, ce brillant cadre de l’administration sénégalaise se dévoile sous les traits d’un patriote sur qui  son Goudomp natal et son pays peuvent bien compter.

Olivier Boucal est un Inspecteur du trésor engagé en politique pour le développement de son Goudomp natal. Jeune, dévoué, compétent et patriote, il n’en demeure pas moins un observateur averti face à la survenance de la pandémie à coronavirus.  « Depuis le début de la dernière alternance du pouvoir jusqu’en 2019, le Sénégal a connu une croissance économique assez soutenue qui tourne autour de 6% par an. Mais malheureusement, cette bonne tendance a subi les contrecoups de la pandémie de coronavirus qui a considérablement affecté la santé de notre économie. Malgré toute cette batterie de mesures prises dans le cadre du « programme de Résilience économique et sociale » (PRES), notre économie se trouve sérieusement affecté et devra se contracter de 0,7% en 2020 contre une prévision initiale de 6,8% lors de la LFI 2020. Cependant, cette contreperformance n’est pas synonyme de faillite. L’Etat tient encore bon et, tous les éléments nécessaires pour la reprise économique sont en train d’être installés. Nous espérons que s’il n’y a pas de retournement de situation, le Sénégal retrouvera bientôt sa trajectoire d’avant pandémie. » Analysant l’impact de la Covid-19 ,il a indiqué  que notre économie est porté par le secteur informel. Toutefois,il précise que rien n’est perdu d’avance car,poursuit-il, c’est à l’Etat maintenant de prendre des mesures de nature à aider les entreprises à retrouver des niveaux d’activité d’avant la pandémie de sorte à préserver, d’une part, l’intégrité du tissu productif en limitant les fermetures et les faillites d’entreprises, et d’autre part, à assurer la disponibilité des financements nécessaires à toute relance des activités productives et au retour progressif à la normale. En ce qui concerne le budget-programme, il explique que la déconcentration et l’ordonnancement constituent des innovations de taille aptes à susciter la culture du résultat et de l’évaluation et que dorénavant, chaque Ministre sectoriel ou Président d’institution va devenir l’ordonnateur principal des crédits de son département ou de sa structure.Se défendant de n’être pas de l’Alliance pour la République (Apr)il se définit comme un militant de la cause de Goudomp .Mon parti c’est Goudomp,ma couleur c’est Goudomp, précise le leader du mouvement politique « Goudomp debout ».Et le diagnostic qu’il fait de son département est assez patent.Selon lui, le département de Goudomp souffre de beaucoup de maux et, les indicateurs démontrent que les perspectives s’assombrissent au fur et à mesure. Si rien n’est fait, les choses risquent d’être catastrophiques et intenables. La misère augmente et le retard se creuse davantage comparé aux autres. Ce n’est pas exagéré de dire que Goudomp manque de tout. En guise d’illustration, on peut citer : Le manque d’infrastructures culturels et d’accueil, le manque d’infrastructures sportives, le manque de sécurité. Goudomp en tant capital départementale, avec une population de plus de vingt mille (20.000) âmes n’a même pas de brigade de gendarmerie. Et c’est pourtant là que loge le préfet qui représente le Président de la République. Ce qui explique les vols récurrents de bétails et les boutiques dévalisées chaque jour. Le manque de tribunal, le manque de brigade des sapeurs-pompiers alors que Goudomp est séparé de sa capitale régionale (Sédhiou) par une barrière naturelle qu’est le fleuve Casamance large de plus 1,5km. Des centres de santé avec des plateaux technique de dispensaire, des centaines de villages déplacés avec aucun accompagnement de l’ANRAC qui semble se soucier plus des populations de Ziguinchor que du reste de la Casamance. Et pourtant, la liste est inépuisable ! Voilà le décor du département le plus oublié du Sénégal dont aucun fils, jamais dans l’histoire, n’a été promu à de hautes fonctions dans ce pays, même un poste de DG. Oui on devra encore nous contenter des deux postes de député. Et malheureusement, nos dirigeants locaux et, singulièrement la classe politique, non seulement, ne parviennent pas à offrir de réponse satisfaisante à ces défis du département, mais, pire encore, aggravent même la situation, indique Olivier Boucal. Et pour venir à bout de son patelin, il suggère un engineering administratif destiné à tout reconstruire afin de mettre en place une collectivité territoriale de deuxième génération. Sur leur municipalité également,il indique qu’elle  est incapable d’offrir le minimum de confort à la population.Et qu’il serait en phase avec les jeunes et les femmes de leur localité qui l’enjoignent de briguer sa candidature pour être le maire de Goudomp.Olivier Boucal est ainsi devenu l’espoir de toute la région Sud de notre pays en raison de ses qualités intrinsèques mais aussi de son engamement politique en faveur de son Goudomp natal.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici