Opération Barkhane : l’armée française quitte Tombouctou, ce mardi 

0
Après Kidal et Tessalit, est venu le tour de Tombouctou, où l’armée française s’apprête à plier bagage mardi soir. Un retrait à haute valeur symbolique : c’est dans cette ville que l’ex-président François Hollande avait annoncé le début de l’intervention française au Mali.
Le 2 février 2013, quelques jours après le largage de légionnaires sur la ville placée depuis huit mois sous le joug de groupes djihadistes, François Hollande et son homologue malien à l’époque, Dioncounda Traoré, annonçaient tout sourire la libération de la ville par les armées malienne et françaises. Ce mardi 14 décembre dans la soirée, les forces françaises de Barkhane vont quitter Tombouctou après huit ans.

Pour la France, qui assurait en 2013 qu’il n’y avait « pas de risque d’enlisement », le combat paraît encore long pour atteindre l’objectif énoncé, alors, de débusquer tous les jihadistes. Pour de nombreux Tombouctiens interrogés par l’AFP, la présence dans la région de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, souvent des membres des mêmes communautés que les habitants, fait désormais partie du décor.

Huit ans après même si beaucoup de choses ont été faites, la menace jihadistes continue d’étendre ses tentacules dans tous les pays de la sous-région. S’y ajoute un sentiment anti-français qui ne cesse de se développer en Afrique au sud du sahara.

Diaraf DIOUF Senegal7

 

Leave a comment