Accueil Politique Opposition sénégalaise : Les mille et une coalitions du jeu politique

Opposition sénégalaise : Les mille et une coalitions du jeu politique

OPPOSITIONL’opposition sénégalaise se fédère à travers des coalitions pour faire face au régime de Macky Sall. Toutefois, ces alliances se multiplient et n’ont souvent aucun avenir dans le landerneau politique national.

L’opposition sénégalaise semble toujours  chercher sa voie. De 2012 à nos jours, plusieurs coalitions se sont nouées pour faire face au régime de Macky Sall. La dernière sur la liste est celle mise sur pied le lundi 29 août dernier. Comme on pouvait s’y attendre, elle regroupe une fois de plus les partis les plus représentatifs de l’opposition. En effet, ‘’Wallu Sénégal’’ est l’œuvre de partis politiques  tels que le Pds, le Rewmi, le Pastef, l’Act, le Fsd/Bj, Bokk gis-gis, Tekki, le Grand parti, l’Ucs… L’objectif est, selon les membres de cette coalition, de faire face aux dérives de Macky Sall. Ils comptent ainsi s’ériger en bouclier pour contrecarrer les plans du président de la République ‘’obnubilé’’, selon eux, par un deuxième mandat.

Quelque jour plutôt, c’est l’ex-alliée de Macky Sall qui cherchait une Troisième voie. Une manière pour Amsatou Sow Sidibé de contourner la bipolarisation de l’espace politique sénégalais qui, dit-elle, s’emmure autour du pouvoir et de l’opposition. Seulement, l’ex-ministre conseiller ne sera pas seule dans sa nouvelle coalition. Elle a enrôlé des partis comme celui de l’ancien ministre  Alioune Sow ainsi que des mouvements politiques et de la société civile. A travers cette structure, le leader de la Convergence des acteurs pour la défense des valeurs républicaines Car/Leneen  prône le retour aux valeurs et entend mettre les Sénégalais sur les rampes du développement.

C’est dire que la création de coalition semble être à la mode chez les opposants de Macky Sall. Avant ces deux groupements, le landerneau politique sénégalais en avait connu d’autres. L’opposition s’était déjà regroupée au sein du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) piloté par Mamadou Diop Decroix. Une coalition qui regroupe des partis de l’opposition à l’exception du Rewmi d’Idrissa Seck qui était encore dans le gouvernement de Macky Sall lors de sa création. Toutefois, cette alliance a été  secouée par l’appel au dialogue national lancé par le chef de l’Etat. En effet, Diop Decroix et Cie y ont répondu en ordre dispersé et au finish, le Pds a été accusé d’être de connivence avec le régime actuel.

Après le Fpdr, le monde politique a connu la mise sur pied du Cadre de concertation de l’opposition (C20). Une alliance créée en prélude au référendum du 20 mars dernier et qui a été sur plusieurs fronts. Les membres de cette alliance ont surtout porté le combat pour la reconnaissance du groupe parlementaire de l’opposition qui jusque-là est dirigé par Modou  Diagne Fada, ex-militant du Pds et nouveau patron de Ldr/Yeesal. Le Rewmi,  Bokk Gis-Gis, l’Ucs, le Pds…ont également fait le tour des ambassades (Etats-Unis et France) pour dénoncer le mal gouvernance du pays.

Au rayon de ces cadres de concertation mis sur pied par l’opposition, il faut aussi noter la coalition Gor Ca wax Ja. Une alliance qui avait pour but de contraindre le Chef de l’Etat à respecter ses promesses. En effet, la coalition a été créée après la décision du chef de l’Etat d’effectuer un mandat présidentiel de sept ans et d’organiser un référendum pour la modification de la constitution. Ils avaient ainsi donné comme consigne de voter ‘’Non’’ aux élections du 20 mars qui ont été largement remportées par le Oui.

Efop, l’exclue

Toutefois, l’opposition n’a pas toujours parlé le même langage malgré la multiplication de ces coalitions. Le Rewmi qui se sent parfois mis en quarantaine dénonce le jeu de l’Etat et du Pds, notamment avec l’appel au dialogue national qui, dit-on, a abouti à la libération de Karim Wade. En outre, d’anciens ministres sous le régime de Wade qui étaient toujours dans la famille libérale après 2012 sont venus chambouler la donne. Ce  fut le cas de l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, du ministre Alioune Sow et de Modou Diagne Fada considérés comme les exclus de l’opposition ; ils ont mis sur pied l’Entente pour des forces de l’opposition (Efop). Une alliance qui veut s’imposer parmi les coalitions  au même pied que Gor Ca Wax Ja. C’est à ce titre que la nouvelle entente a ‘’exigé’’ sa liste pour faire face au ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo, lors des travaux de revue du code électoral.

Toutefois, le pouvoir semble minimiser cette recrudescence de coalitions. Lors d’une conférence de presse du pôle communication de  Benno Bokk Yaakaar pour les élections du Haut conseil des collectivités territoriales, le porte-parole du gouvernement a apporté la réplique à ce phénomène. Selon Seydou Guèye, son camp n’est pas effrayé car ‘’des coalitions naissent toutes les semaines. On a comme l’impression qu’ils voulaient dire « Sénégal Wallou lene gnou », et aller à leur secours, c’est leur rappeler que dans une démocratie, la règle fondamentale, c’est la compétition des offres et des propositions’’.

Enquête

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici