Raabi  header

Organisation des élections : L’administration peut-elle rester neutre ?

L’administration qui est l’épine dorsale de l’Etat en tant que puissance publique peut-elle se rendre neutre face à un pouvoir qui l’administre ?

En effet, la question mérite d’être posée car les opposants ont souvent tendance à accuser l’administration de connivence avec le pouvoir central. Les organismes en charge de superviser ou d’organiser les élections essuient souvent  des attaques venant des opposants qui les prennent pour les chasses gardées du pouvoir en place.

Y a-t-il possibilité de démêler ces deux entités dont l’imbrication reste homogène à bien des égards ? De toute évidence, c’est l’Etat qui organise les élections mais dans cet Etat, règne un pouvoir qui a tendance à s’identifier à l’Etat en étant partie prenante des élections sur le plan politique.

Du coup,la question est de se demander si l’administration peut traiter les opposants au même titre que les gens relevant du parti présidentiel ?  

Si l’on répond par l’affirmative, c’est considérer qu’il arrive que  les opposants  remportent des élections face à leurs adversaires nichés au cœur de l’Etat. Là , personne ne trouvera à en redire.

Mais si l’on répond par la négation, ce sera de croire dur comme fer qu’il arrive que l’administration penche complètement du côté des tenants du pouvoir perçus comme des administrateurs.

Toutefois, la possibilité de mettre en place une entité neutre qui ne soit ni du côté du pouvoir encore moins du côté de l’opposition et qui organise des élections libres et transparentes serait fiable. Mais l’Etat acceptera-t-il de s’inviter dans une telle donne en tant que puissance publique ! Le Président Diouf a avait  accédé à la requête de l’opposition en nommant une personnalité neutre, Général Lamine Cissé.

Pour les mêmes motifs, le Président Wade avait nommé l’ancien directeur des élections, Cheikh Guèye, ministre en charge des élections. Quant au Président Macky  Sall, cette pilule de l’opposition n’a pu passer mais il a nommé l’ancien parquetier et ancien agent judicaire de l’Etat, Felix Antoine Diome au poste très stratégique de ministre en charge du département de l’intérieur. Un homme de poigne qu’on ne lui connait pourtant  pas de coloration politique. Mais que l’opposition conteste à tort ou à raison.

Assane SEYE-Senegal7