Ousmane Sonko : « J’avais demandé à être auditionné cette semaine»

Une rumeur faisant état de son arrestation imminente avait secoué la toile en début de semaine. Ousmane Sonko lève le voile sur cette information, signalant que c’est lui-même qui avait demandé à être entendu par le juge.

 

«La semaine passée, mes avocats m’ont appelé pour me rendre compte des discussions qu’ils ont eues avec le juge en vue de mon audition. Je leur ai clairement demandé que cela se fasse au plus tard le mardi 29 mars 2022. Cela ne s’est pas fait. Maintenant, j’ai demandé à être auditionné le 6 avril prochain. Je dois retourner à Ziguinchor lundi, mais je suis prêt à annuler mon billet. On n’attend que la réponse du juge», informe Ousmane Sonko qui demande à ses militants et aux populations de rester chez eux et de ne pas manifester.

 

«Ce dossier doit être vidé tout de suite et maintenant », a martelé le leader de Pastef Ousmane Sonko, qui a fait une sortie, ce mercredi 30 mars 2022, sur ses plateformes digitales.

 

Accusé de viol par la masseuse Adji Sarr, dans le cadre de cette sulfureuse affaire Sweet Beauté, du nom du fameux salon de massage, le maire de Ziguinchor estime que plus rien n’entrave l’action de la justice, puisque toutes les parties ont manifesté leur disponibilité à aller au procès.

 

«Cette affaire ne fait pas partie de ces dossiers compliqués où on doit entendre des témoins à l’étranger. Il est temps qu’on le vide une bonne fois pour toutes», insiste-t-il.

 

Selon lui, s’il y a une partie qui n’a pas intérêt à ce que la vérité éclate au grand jour, c’est bien la partie civile et son ‘’avocat’’ (Me El H. Diouf, Ndlr) qui «passe son (leur) temps à pinailler sur les radios et télévisions» au vu et su du juge et du barreau qui avaient pourtant demandé à toutes les parties de ne point se prononcer sur le dossier.

 

«Il a fallu que je fasse une sortie et taper du poing sur la table pour que les choses bougent enfin. Il lui a fallu au juge juste 10 jours pour auditionner tout le monde. Il ne reste que moi pratiquement. Cela veut dire qu’on pouvait le faire depuis très longtemps. L’instruction est presque bouclée, donc il n’y a plus de raison que les choses tirent en longueur», lâche-t-il.

Assane SEYE-Senegal7