L'Actualité en Temps Réel

« Ousmane Sonko, le « sauveur » du régime de Macky Sall » (Par Doudou Sow)

Ousmane Sonko a sauvé réellement le régime du président Macky Sall lors des événements meurtriers du mois de mars 2021. Le 8 mars 2021, l’arrestation d’Ousmane Sonko, accusé de « viols multiples » par Adji Sarr, une masseuse du salon Sweet Beauté a plongé le Sénégal dans une violence et un chaos indescriptibles, causant ainsi la mort de 14 personnes.
Loin de cautionner des actes de viol, il faut tout de même reconnaître que la version de la plaignante a changé plusieurs fois (accusation de viols “répétitifs” sous la menace de deux pistolets, témoignage de sa patronne réfutant les accusations de viol dans un espace restreint). Les femmes s’affirment au sein de son parti comme en prouvent les postes de maires récemment obtenus. Le parti Patriotes Africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) qui fait une grande place aux jeunes femmes a vu l’une d’entre elles sortir pour défendre ardemment son leader.

La nouvelle mairesse de Golf Sud, Khadija Mahécor Diouf (KMD) avait alors fait une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Elle s’était fait connaître du grand public lorsqu’elle assenait ses vérités à Adji Sarr, une victime du système, qu’elle accusait de ternir l’image des femmes en se faisant passer pour une « fausse violée ». La résistance du peuple sénégalais, à ce qu’il qualifiait de tentative de liquidation d’un redoutable adversaire politique dans l’affaire Adji Sarr, a duré cinq (5) jours.
Ousmane Sonko qui est qualifié de « belliqueux » par les tenants du pouvoir et leurs alliés a été celui qui a pourtant sauvé Macky Sall et son régime lors des événements du mois de mars. En pleine crise politique, les jeunes attendaient des mots d’ordre de sa part pour chasser le président Macky Sall du palais. « Nous ne demandons pas au peuple d’aller déloger Macky Sall, même s’il est illégitime. Nous ne voulons pas prendre la responsabilité de saper notre démocratie puisqu’elle est légale. Mais entendons-nous bien, la révolution est en marche vers 2024 », soulignait le candidat anti-élite. L’« opposant numéro un » de Macky Sall a vite compris que la prise de pouvoir par les militaires est un pari dangereux. Le président Macky sall est prêt à ce que le général Moussa Fall prenne le pouvoir au lieu de le laisser entre les mains d’Ousmane Sonko oubliant que ce n’est pas lui qui décide mais le peuple sénégalais qui a toujours connu une alternance démocratique sans coup d’État.
« La popularité d’Ousmane Sonko parmi les jeunes pourrait être un avantage pour accéder à la magistrature », conclut un excellent reportage de Laura Mousset-Diallo de France 24 Sénégal : qui est cette jeunesse derrière le leader de l’opposition, Ousmane Sonko? Les Occidentaux ne dérouleront certainement pas le tapis rouge au candidat anti-élite. Celui qui a réussi à fédérer l’opposition autour de lui pourra compter sur la détermination de la population sénégalaise. La diaspora sera aussi son fier ambassadeur tant qu’il servira les intérêts exclusifs du peuple sénégalais.

Ousmane Sonko est le seul opposant à recevoir de l’argent de ses militants, qu’il ne touche pas directement mais qui est versé dans les comptes de son parti afin de favoriser son développement. Puisque comme partout ailleurs, il faut avoir les moyens financiers pour faire de la politique et réaliser ainsi son rêve, plusieurs campagnes de sociofinancement sont lancées. Toutes les classes sociales y cotisent : vendeurs d’arachides, marchands ambulants, femme transformatrice. Ce qui semble irriter le pouvoir en place. Mais le candidat Ousmane Sonko veut revendiquer son indépendance financière et ne pas être à la solde d’aucun lobby financier lorsqu’il prendra le pouvoir. Les Sénégalais de la diaspora s’illustrent de belle manière dans cet exercice et l’accompagnent dans son projet. Si la tendance se maintient, le candidat Ousmane Sonko deviendra celui qui remplacera le président Macky Sall qui est à son deuxième et dernier mandat comme le prévoit la constitution sénégalaise qui stipule en son article 27 que « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ».

Les Occidentaux misent, pour l’instant, sur Macky Sall qui défend leurs intérêts mais l’avenir du Sénégal se jouera dans ce pays avec le peuple, comme arbitre. Ousmane Sonko devra par la suite être conscient que les jeunes ne lui accorderont pas un état de grâce pour plusieurs raisons. Il devra donc être aidé par les forces vives de la nation pour réussir sa mission, celle de redonner une fierté à la jeunesse et l’espoir au peuple sénégalais.
Le président Emmanuel Macron informe dans son tweet avoir eu un entretien avec son homologue sénégalais et se prononce avant même les résultats officiels définitifs des élections législatives du 31 juillet dernier. Son message peut être décodé de différentes manières.

Conclusion de l’éditorial du journal Le Monde dans son article du 6 août intitulé Le Sénégal, une vitrine démocratique en danger: « A Paris, l’éventualité Sonko fait frémir. La Russie a tout intérêt à faire les yeux doux à un jeune tribun « anticolonialiste ». L’intérêt de l’Elysée est aujourd’hui de convaincre M. Sall de sortir par le haut en 2024 et d’ouvrir le jeu politique à des talents dont le Sénégal ne peut pas manquer. Dans le cas contraire, des protestations, où les intérêts français seront inévitablement visés, ne manqueront pas d’accompagner le maintien du sortant. Une arrivée au pouvoir d’Ousmane Sonko serait, elle, le signe d’un certain rejet populaire, préfigurant une rupture avec un pays central dans la relation de la France à l’Afrique. »

sociologue-blogueur Doudou Sow