Accueil Amerique Palestine: Pour éviter une nouvelle guerre des 6 jours, L’ONU convoque une...

Palestine: Pour éviter une nouvelle guerre des 6 jours, L’ONU convoque une réunion d’urgence

Depuis la première guerre de 1948-1949, les tensions n’ont jamais cessé entre les États arabes et Israël, sous forme d’incidents frontaliers donnant lieu à des représailles. En début de semaine, Donald Trump avait affirmé reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël. Une affirmation qui crée beaucoup de polémiques. Sur ce, Le chef du Hamas quant à lui a appelé à un soulèvement populaire en Palestine contre cette décision ce vendredi. On redoute donc des violences sur les différentes esplanades des Mosquées à Jérusalem-Est. Par ailleurs des grèves, soulèvements et autres rassemblements sont annoncés partout dans le monde musulman. Après la Tunisie, le Pakistan et la Jordanie, la Malaisie et Istanbul s’apprêtent à protester ce vendredi. Ainsi, pour éviter de nouveaux affrontements entre la ligue arabe et Israël, Le conseil de sécurité de l’ONU a convoqué ce vendredi 08 décembre 2017, une réunion d’urgence qui se tournera au tour du thème l’initiative du président américain ayant suscité autant de désaccords dans le monde.

 Depuis la création de l’État d’Israël en 1948, la communauté internationale n’a pas affirmé reconnaître  Jérusalem comme sa capitale. Toutefois, la question du « statut final » de Jérusalem, est au centre du conflit israélo-palestinien. L’ONU suggère que cette question soit abordée afin qu’un accord soit trouvé. Au cours des différents heurts, certains manifestants s’en sont pris au président Donald Trump. Les palestiniens en colère ont brûlé son portrait pour protester contre sa décision de transférer l’Ambassade américaine à Jérusalem. Jusque là, les heurts entre policiers israéliens et manifestants ont fait plus d’une vingtaine de Palestiniens blessés  par balles en caoutchouc ou réelles.

Ainsi, suite a une demande par  huit des quinze pays membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, une réunion  d’urgence a été convoquée par ladite organisation. En effet, le conseil de sécurité s’est réuni  ce vendredi matin sur la reconnaissance unilatérale par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël. Ces pays ont demandé que cette réunion soit ouverte par un exposé du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Mercredi, celui-ci avait rappelé peu après l’annonce du républicain Donald Trump son opposition depuis son entrée en fonctions en janvier à “toute mesure unilatérale”.  Par ailleurs, les déclarations défavorables ont commencé à pleuvoir. En ce sens, Le président palestinien Mahmoud Abbas a vivement réagi également, jugeant que les États-Unis sapaient “délibérément tous les efforts de paix” et abandonnaient leur rôle historique de “sponsor du processus de paix”. L’Iran a même estimé que la déclaration de Donald Trump ouvrait la voie à une “nouvelle Intifada“. Le ministère des Affaires étrangères iranien a plus largement dénoncé dans un communiqué une “provocation et une décision insensée de la part des États-Unis qui va provoquer une nouvelle Intifada et pousser à des comportements plus radicaux et à davantage de colère et de violence”. La décision de Donald Trump, poursuit le texte, est une “violation claire des résolutions internationales”, a-t-il ajouté en estimant que Jérusalem était “une partie intégrante de la Palestine”.

 

Le statut  de Jérusalem ne peut être résolu que par « une négociation directe » entre Israéliens et Palestiniens, avait aussi martelé  le Patron de l’ONU. ‘’ Il n’y pas d’alternatives entre deux États ‘’ avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine’’, avait il ajouté. Pour l’ambassadeur Bolivien à l’ONU, Sacha Soliz, la décision des États-Unis va “contre le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité”.

Soulignons que dans la résolution 2334, adoptée le 23 décembre 2016, le Conseil de sécurité “souligne qu’il ne reconnaîtra aucune modification aux frontières du 4 juin 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, autres que celles convenues par les parties par la voie de négociations”. Les États-Unis dirigés par le démocrate Barack Obama s’étaient alors abstenus, permettant l’adoption de cette résolution.

Notons aussi que, depuis son accession dans le conseil de sécurité des Nations Unies, le Sénégal ne cesse de défendre ou plutôt de jouer l’avocat des palestiniens. Du fait qu’’il contribue à chaque fois des pays qui demandent à l’Onu d’adopter des sanctions ou des résolutions à l’État Hébreu qu’ ne cesse d’opprimer le peuple Palestiniens avec l’aide des Américains.

 

Alioune NGOM