Paradoxe : La jeunesse entre promesse d’emploi et absence sur les listes électorales

Après les émeutes consécutives à l’affaire Ousmane Sonko et Adji Sarr,le Chef de l’Etat a affirmé avoir décrypté le message des jeunes.

Et cette situation l’a résolu à annoncer 450 milliards pour créer de l’emploi. Seulement 9,3 des jeunes peuvent exercer leur droit de vote, selon Thierno Souleymane Diop Niang, du think tank Legs Africa, et organisateur d’une rencontre nationale de la jeunesse le mois dernier.

A son avis, 53,8% des 18-25 ans inscrits, soit 46,2% ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Le taux est particulièrement bas pour les nouveaux majeurs, de 18 à 20 ans : au niveau national, 9,3% seulement peuvent exercer leur droit de vote.

Selon le rapport d’audit tiré des conclusions de l’audit du fichier électoral, le taux d’inscription des jeunes est le plus faible dans les régions de Diourbel, Kolda, ou Tambacounda. Les experts recommandent une meilleure communication. Thierno Souleymane Diop Niang va dans le même sens.

Ceci démontre à suffisance que la jeunesse portée à élever la voix risque de ne pas se faire entendre dans le urnes. Ce qui est un réel paradoxe exprimé par l’opposition qui n’est pas du goût des résultats de l’audit du fichier électoral.

Assane SEYE-Senegal7