Accueil Actualités Pardon, Monsieur Philippe ! Par Adama Gaye

Pardon, Monsieur Philippe ! Par Adama Gaye

Gettyimages 1183015846 2048x2048

Il y a de ces ironies qui mettent à nu les projets souterrains les plus sournois dans les relations entre Etats, surtout dans celles qui depuis longtemps unissent des pays africains, comme le Sénégal, à ceux, à l’instar de la France, qui ont un ascendant dans le rapport inégal.
C’est cette situation à laquelle; Monsieur Philippe, vous vous trouvez confrontée, et il serait dommage que vous n’ayez pas assez de distance, de profondeur, pour en mesurer la portée. Elle est loin d’être banale.

Partir pour…rester

Nous tous savons que la France exerce un primat sur ce qu’il est convenu d’appeler la sphère francophone depuis la nuit des temps avec des dates repères que les observateurs peuvent aisément rappeler:
-l’arrivée des français voici plus de trois siècles pour lancer, certains disent relancer, l’entreprise esclavagiste dans le cadre du commerce triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques;
-la validation, sous Bismarck, à Berlin, en 1884-1885, de l’entreprise coloniale essentiellement d’essence mercantiliste destinée à donner du souffle à des économies Européennes qui n’avaient plus…d’espace vital, pour se déployer sur leur sol naturel;
-la délimitation des zones d’influences entre la France et la Grande Bretagne, deux des puissances tutélaires d’alors, à Fachoda, au Soudan, en 1898, par Le marchand et Lord Kirchener, respectivement porteurs d’une stratégie de colonisation par l’assimilation de ses sujets, d’une part, et celle, initiée au Nigeria (sur un modèle mis en place à Hong Kong) par Lord Lugard dite du diviser pour régner;
-L’Après deuxième guerre mondiale et le processus de décolonisation forcé par le Traité de l’Atlantique entre Churchill et Roosevelt de 1941, suivi, pour la France, de la Loi Deferre, et, enfin, de la tournée, en 1958, du Général De Gaulle qui a déclenché la décolonisation formelle précipitée par le NON de la Guinée au maintien factice d’une relation via l’instauration d’une communauté française de plus en plus ringarde dans un contexte de bouillonnement et de surgissement d’un tiers-monde plus affirmé que jamais.
Certes, depuis les décolonisations, à partir de la fin des années 1950, et massives en 1960, le temps qui s’est écoulé a révélé qu’il y avait escroquerie sur la marchandise: votre pays n’était partie que pour mieux rester. Dans ses négociations, il avait su garder la haute main sur les bijoux de famille, en maintenant ses bases militaires, en signant des Accords de défense de domination, en renforçant son contrôle sur les économies par la monnaie néocoloniale et en pesant sur le choix des leaders des pays sous son univers géopolitique.

Houles des foules

En participant à ce qu’avec vos serviteurs de l’Etat du Sénégal, vous appelez, sourire en coin, un conseil des Ministres Franco-sénégalais, savez-vous, Monsieur le Premier ministre, que vous vous inscrivez à contre-courant d’une histoire dont le sort n’en devient que plus tragique, risible?

Les bruits de la rue, les houles des foules de par le monde, et les hurlements sur les réseaux sociaux, nouvel espace d’expression de la volonté de souveraineté, sont autant de signes qui devraient vous alerter afin que vous compreniez que rien ne peut plus être comme avant. Surtout pas comme veulent vous le faire croire les serviles installés, parfois avec l’aide de vos barbouzes, aux commandes de nos pays.