Accueil Actualités Partage de billets de banque entre Observateurs de la CEDEAO en Guinée...

Partage de billets de banque entre Observateurs de la CEDEAO en Guinée : L’Institution dément et alerte…

Au moment où la tension est très vive en Guinée Conakry entre partisans  d’Alpha Condé et de l’opposant Clélou Dalein Diallo dans presque toutes les grandes villes du pays ; les instances de régulation de vote telle que la Cedeao s’est vue  gravement accusée de corruption. Des observateurs de la Cedeao seraient surpris en train de se partager de l’argent. Des journalistes ont fait cette découverte déconcertant hier».

«Une accusation très choquante et malencontreuse vis à vis de ce corps de par sa neutralité dans leurs missions», selon un diplomate de la CEDEAO sur place dont nous terrons le nom.

Selon ce dernier, les propos relatés sont archi faux. Il revient sur les frais faits : «Les observateurs ont dûment été payés à la Banque et il leur fallait faire les changes du dollar ou euros en francs guinéens pour payer l’hôtel. Le taux de change dans les hôtels n’étant pas du tout favorable à quelque économie que ce soit et compte tenu de la situation sécuritaire volatile dans le pays, certains observateurs ont fait venir des cambistes à la réception de l’hôtel pour les soulager. C’est bien cela la réalité », a expliqué un des chefs de mission qui a longtemps servi pour le compte de la régularisation des élections dans plusieurs pays de l’espace CEDEAO.

Les accusateurs affirment dans leurs textes publiés dans certains supports médiatiques, qu’«après une conférence de presse animée par les observateurs de la CEDEAO, ceux-ci ont été surpris en train de se partager une énorme somme d’argent. Cette scène aurait eu lieu à l’hôtel Kaloum. Il s’agirait de centaines de milliers d’euros, (plus de 500.000 euros) soit plus de 325.000.000 de FCFA en espèce que ces observateurs se partageaient. En pleine action, ils ont été filmés par les journalistes restés sur les lieux».

Ainsi le diplomate très remonté par ses allégations qu’il qualifie de fausses informations est un manque de professionnalisme dans le traitement de l’information. «Si vraiment ces journalistes sont animés de bonne foie, ils doivent pouvoir faire l’investigation sur la provenance de l’argent. Ils pouvaient même s’appuyer sur les hôteliers ou même sur certains observateurs pour faire sortir la bonne information. C’est pourquoi, j’ai saisi certains professionnels de la Presse Sénégalaise, si vous en êtes un, et je saisirai officiellement la HAAC SENEGALAIS et/ou l’ODEM s’il y en a pour que justice nous soit faite».

«Il faut absolument que le 4è pouvoir soit sérieux dans son exercice»

«Quoi qu’il en soit, une élection en Afrique de l’Ouest sans la CEDEAO n’aura jamais de transparence. Force est de constater que les observateurs de la CEDEAO jouent un rôle capital pour la transparence dans les urnes. Nous avons eu la chance de travailler dans les élections des pays haute, mais les observateurs sont les plus vigilants et disponibles pour mettre une élection libre et transparente. Pour la plupart, c’est des fonctionnaires de la hiérarchie A dans leurs pays respectifs, c’est pourquoi je serais très surpris d’une telle accusation portée sur leurs dos», a expliqué un autre interlocuteur avertis des enjeux électoraux en Afrique et dans le monde.

Pape Ibrahima Diassy/Sénégal7

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici