Accueil Actualités Patriote : Serigne Mbacké Sokhna Lo observait une parfaite neutralité en politique

Patriote : Serigne Mbacké Sokhna Lo observait une parfaite neutralité en politique

serigne

Serigne Mbacké Sokhna Lô était un homme cultivé au fait de tout ce qui se faisait en son temps. Il entretenait d’excellents rapports avec les  Chefs d’Etat de la sous région. Le défunt père du premier, Gaïndé Fatma, lié au second depuis les années 1950, a suscité et appuyé financièrement la création en 1974 du Parti démocratique sénégalais (PDS).

À l’époque en froid avec Léopold Sédar Senghor, Serigne Mbacké Sokhna Lô a joué la carte Abdoulaye Wade.

Mais  comme il  comptait des « talibés » dans toutes les chapelles politiques,  il affirmait  se placer dans une position de stricte neutralité.

« Je ne suis d’aucun parti politique, ni ne soutiens aucun candidat, confiait-il. Ma seule préoccupation, c’est que le Sénégal aille de l’avant.

Je suis avec quiconque pose des actes pour faire avancer notre pays. »Mais neutralité ne veut pas dire indifférence.

Et Serigne Mbacké Sokhna Lô  était loin de se désintéresser de la politique et de ceux qui la font.

Son entourage était d’ailleurs choisi pour l’aider à se positionner sur les choses temporelles.

Son porte-parole, Baïla Wane, directeur général de la Loterie nationale sénégalaise d’alors  jusqu’en mars 2004, était un vieux routier de la politique, compagnon de Wade pendant les années de braise.

Amdy Moustapha Diagne, de fait son chargé des relations publiques, gérait le protocole et la communication du marabout comme on s’occuperait de ceux d’un homme politique.

Le fils de Gaïndé Fatma ne saurait être indifférent au pouvoir, lui qui descend de la famille régnante du Cayor, un royaume qui a rayonné au XIXe siècle au cœur du Sénégal.

Sa grand-mère paternelle, Fatma Thioubou, est la fille d’Amadou Khourédia, frère de Lat Dior Diop, roi du Cayor, résistant à la pénétration coloniale et héros national du Sénégal.

Serigne Mbacké Sokhna Lô, qui aurait pu arriver au trône si la colonisation n’avait pas vaincu et aboli la royauté, en a gardé quelques attributs. Son goût pour le luxe notamment.

Chaussures Vuitton, écharpe Chanel, montre Cartier en or (coût : 11 millions de F CFA), le marabout s’habille en basin riche teint devenu la mode masculine au Sénégal, au gré de la Serigne Mbackémania.

Le « guide » achetait ses parfums en quantité industrielle aux Galeries Lafayette.

Un jour qu’il en avait pris pour 3,7 millions de F CFA dans ce magasin parisien, la caissière n’a pu s’empêcher d’apostropher l’un des accompagnateurs : « De quel pays est-il, ce roi ? ».

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici