L'Actualité en Temps Réel

Pays pauvre endetté : Comment le covid-19 va crever le budget au Sénégal !

0

Pays en voie de développement, le Sénégal amplifie sa dette avec l’avènement de la pandémie du covid-19.
Il est donc établi, de façon claire et nette, que le Sénégal s’endette démesurément, pour faire face aux effets multiples et multiformes de la Covid-19. Ce qui selon Cheikh Faye, Ph.D, Professeur / UQAC (Canada) dans une de ses publications «n’est pas sans danger pour le pays. Déjà, avant que la covid-19 ne s’introduise au Sénégal, le montant total de la dette publique nominale s’élevait, en décembre 2019, à 9 114 milliards FCFA. Soit un taux d’endettement de 63,3% du PIB.Ce qui est très élevé et très proche du critère de convergence de l’UEMOA, fixé à 70 % du PIB».

Ce qui lui a fait que «ce niveau d’endettement très élevé avait valu au Sénégal, il y a quelques semaines, un avertissement du FMI qui l’a enjoint de plus contracter de dette supérieure à 449 milliards FCFA d’ici à la fin de l’année. Face à cette situation, plus que difficile, la pandémie du coronavirus s’est révélée comme une aubaine pour Macky Sall et son Gouvernement. Ils n’ont pas hésité à s’engouffrer dans cette brèche pour faire sauter toutes les limites de l’endettement. Compter d’abord sur nos propres forces Cette façon de procéder de Macky Sall et de son Gouvernement constitue leur principale marque de fabrique : faire du ponce pilatisme».

A l’en croire, cet état de fait n’est autre que la détermination de nos gouvernants de conserver leurs privilèges et de continuer à jouir du pouvoir. «Voilà pourquoi ils ont choisi, sans réfléchir, la solution la plus facile et la plus conforme à leurs propres intérêts, mais la plus dangereuse pour le Sénégal : le creusement de l’endettement. Ils auraient dû commencer par une épreuve de rationalisation budgétaire en coupant dans le gras du fonctionnement de l’État : réduction drastique des fonds politiques, voire leur suppression, la dissolution des institutions et agences budgétivores qui ne servent qu’à recaser une clientèle politique (CESE,HCCT, etc.),

la réduction du train de vie de l’État(la limitation du parc automobile de l’État, le gel des missions à l’étranger, l’arrêt des embauches dans la Fonction publique, suppression de toutes les activités sans plus value, etc.)».Tout compte fait, le constat de Cheikh Faye est fait par bon nombre d’observateurs : «lorsqu’il s’est agi d’économiser 7 milliards FCFA par an et consacrer les sommes amassées à la lutte contre les inondations, Macky Sall n’avait pas hésité à supprimer le Sénat».Aujourd’hui, dit-il «on parle de lutte contre les effets de la covid-19, laquelle nécessiterait 1 000 milliards FCFA, il s’assoit sur ses privilèges et demande au peuple de trinquer».

Senegal7

laissez un commentaire