L'Actualité en Temps Réel

Pénurie d’essence au Royaume-Uni: L’impact du Brexit commence à se faire sentir

En proie à une pénurie d’essence liée à la crise sanitaire du Covid-19 et au Brexit, le Royaume-Uni est contraint de faire appel aux militaires pour leur demander, si la situation venait à se compliquer, de gérer les approvisionnements.

Une pandémie de Covid-19, un Brexit… Le mélange était sans conteste redoutable, le Royaume-Uni commence à en payer le prix fort. Le gouvernement a demandé lundi à son armée de se tenir prête pour intervenir dans la crise des carburants en cours dans le pays, après un week-end où les Britanniques inquiets se sont rués dans les stations-service.

« Un nombre limité de chauffeurs de camions-citernes militaires doivent être prêts à intervenir et déployés si nécessaires pour stabiliser l’approvisionnement en carburant », a déclaré lundi soir le ministère de l’Énergie dans un communiqué.

Les pénuries d’essence ou diesel sont initialement dues au manque de chauffeurs de camions pour l’acheminer des terminaux de stockages vers les pompes. Les confinements ont incité certains conducteurs européens à rentrer dans leur pays, et des dizaines de milliers d’autres n’ont pu passer leur permis poids lourds à cause des centres d’examens fermés pendant des mois.

Le problème touche aussi les rayons des supermarchés, les fast-foods, les pubs, les marchands de vélos, entre autres, qui déplorent des retards de livraisons et stocks épuisés sur certains produits.

Le manque de chauffeurs routiers dure depuis plusieurs mois à cause de la pandémie et du Brexit combinés, le parti travailliste accusant le gouvernement conservateur de Boris Johnson de s’être « endormi au volant » et ne pas être intervenu avant. Le Brexit complique par ailleurs les procédures migratoires là où les travailleurs européens circulaient auparavant librement.

Avec Le Parisien