Accueil Actualités Pétrole et Covid-19 : Ombre et lumière sur les deux mandats de...

Pétrole et Covid-19 : Ombre et lumière sur les deux mandats de Macky

L’histoire retiendra. C’est dans le premier mandat de Macky Sall que le Sénégal avance en vue d’une première extraction de pétrole en 2022. Également, c’est dans son second que la pandémie dite de coronavirus s’est répandue au Sénégal, suscitant un couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national. Ombre et lumière d’un septennat et d’un quinquennat.

Lumière d’un premier mandat…

C’est sous Macky Sall, précisément dans son premier mandat que le Sénégal, avec ses gisements de pétrole et de gaz s’attend à ce que tous ses projets offshore deviennent opérationnels d’ici 2022 à 2026.

«Greater Tortue…»

Le projet Greater Tortue Ahmeyim LNG fournira environ 2,5 millions de tonnes de gaz par an à partir de 2022. Des plans d’expansion sont prêts concernant un hub gazier à Yakaar-Teranga et un autre à Birallah. Le puits Orca, qui devrait être inauguré en octobre, devrait soutenir le hub de Birallah et la première phase fournira du gaz domestique et des données aux producteurs. Le Sénégal a lancé un plan de développement en 2014 et, selon la société Kosmos Energy, il devrait être soutenu par ces gisements gaziers offshore.

En septembre 2019, Kosmos Energy et son partenaire BP ont confirmé que le puits d’évaluation Yakaar-2 avait rencontré environ 30 mètres de gaz net d’une qualité élevée similaire à celle du réservoir cénomanien du puits d’évaluation Yakaar-1, en continuité avec le taux de 100% de réussite des puits gaziers ciblant la tendance gazière onshore de la Mauritanie/Sénégal.

Selon Kosmos Energy, les résultats du puits prouvent que la base de ressources Yakaar-Teranga est de taille mondiale et pourrait soutenir un projet GNL qui fournirait des volumes significatifs de gaz naturel pour le marché domestique et pour les marchés d’exportation. Le développement du champ Yakaar-Teranga devrait se faire par étapes, la phase 1 fournissant du gaz domestique et des données qui permettront d’optimiser le développement des étapes suivantes. Il soutiendra également le « Plan Sénégal Émergent » lancé par le Président du Sénégal en 2014. Kosmos Energy a déclaré avoir l’intention de vendre sa participation dans le projet. La société cherche à différer ses coûts de développement pour se concentrer sur son expertise dans l’exploration.

Champ pétrolier en eau profonde SNE

Le champ pétrolier en eau profonde SNE est situé dans les blocs d’exploration Rufisque, Sangomar et Sangomar Deep, qui couvrent ensemble une zone de 7 490 km² dans la partie sénégalaise du bassin MSGBC. Il s’agit de l’un des champs pétroliers les plus vastes découverts au cours de la dernière décennie ; son développement a été confié à une joint-venture entre Cairn Energy (40%), Woodside Energy (35%), FAR (15%) et Petrosen (10%), Woodside Energy étant l’opérateur du projet.

Lors du forage des premiers puits en eau profonde au large du Sénégal en 2014, Cairn Energy a fait deux découvertes en bordure de bassin, dont le champ SNE, la plus grande découverte mondiale de pétrole en 2014. Depuis lors, la région a évolué, de bassin frontalier à zone pétrolière émergente, attirant ainsi l’attention de l’industrie mondiale. L’année dernière, des progrès importants ont été accomplis dans son développement, un certain nombre de jalons clés ayant été atteints. Woodside assume le rôle d’opérateur et la coentreprise cible une décision d’investissement finale au second semestre 2019, en vue d’une première extraction de pétrole en 2022.

Ombre d’un second mandat…

Placé sous le sceau du «Fast-track», l’an I du second mandat de Macky Sall est encore très loin de générer les fruits escomptés. Entre projets toujours en instance d’appels d’offres, hausse généralisée des prix et chantiers à l’arrêt, le régime semble plutôt à la peine.

A cela est venu s’ajouter la maladie du covid-19, qui a complément mis en déroule sa feuille de route. Déstructurant toutes ses ambitions de faire du Sénégal, un pays émergent.

En ce sens, le Sénégal débloque 64 milliards de Fcfa. D’un montant prévisionnel d’1,4 milliard de Fcfa, les fonds débloqués pour faire face au coronavirus ont été portés à 64 milliards de Fcfa. L’annonce est du ministre de l’Economie et du Plan, Amadou Hott, qui faisait face à la presse.

«Le fonds sera alimenté par le budget de l’Etat et les partenaires au développement qui se sont déjà signalés», a annoncé Mr Hott

Au Sénégal, au-delà des inquiétudes sanitaires, un véritable tour de vis social est à craindre, principalement en termes de baisse du pouvoir d’achat

La baisse du pouvoir d’achat…

Il est clair qu’au Sénégal, pays en voie de développement, les capacités à procurer des biens et des services vont essuyer le contrecoup de cette pandémie. C’est inéluctable. Il suffit, pour s’en convaincre, de projeter un regard sur les nombreux secteurs menacés de notre économie.

Et ce sont le secteur de l’économie informel dans lequel s’activent bon nombre de Sénégalais qui va tomber comme des châteaux de carte, avec le couvre feu imposé à parti de 18 heures.

Pis ! Aucun secteur n’est épargné. Un tourisme mal en point, des hôtels déserts, des agences de voyage en annulations massives de réservations, une flotte aérienne clouée au sol et un trafic aérien quasi-nul, des perspectives financières peu clémentes pour le secteur du transport en commun urbain et interurbain à cause des contre-indications vis-à-vis des situations de promiscuité et de regroupement, des difficultés sérieuses touchant les chaînes d’approvisionnement du commerce formel et informel, entre autres, constituent autant d’ implications de la pandémie avec un choc négatif sur le revenu des Sénégalais. C’est-à-dire, avec le covid 19, le pouvoir d’achat de nombreux ménages, va largement en pâture.
senegal7