L'Actualité en Temps Réel

Plainte contre Dr Babacar Niang: Diouf Sarr ne s’est-il pas trompé de cible ?

Le Ministère de la Santé et de l’action sociale a porté plainte en début de semaine contre le médecin-chef de Suma assistance, Dr Babacar Niang pour des propos que l’urgentiste aurait tenu au sujet du nouveau business autour des respirateurs artificiels et des unités de production d’oxygène issus des Cte démantelés à la fin de la deuxième vague du Covid-19.

En effet, les services de Diouf Sarr accusent Dr Niang d’avoir déclaré dans une émission radio que du matériel médical des Cte a été vendu aux cliniques privées. Ce que l’urgentiste a formellement démenti. Accroché par Senegal7, Dr Niang a indiqué qu’il n’a jamais avancé de tels propos et qu’au cours de son émission « au jury du dimanche » d’iRadio, il a simplement affirmé qu’il y a un vaste réseau de vente de médicaments à Keur Serigne Bi. Ce qui est d’ailleurs indéniable et constaté par pas mal de sénégalais.

Sans doute bouleversés par l’intensité de la 3e vague avec son lot de morts et les milliers de cas enregistrés tous les jours, Abdoulaye Diouf Sarr et ses collaborateurs ont du se tromper de cible. Dans une de ses chroniques, le journaliste Madiambal Diagne révèle: “(…) les alertes lancées par les médecins et autres professionnels de la santé ont été ignorées. Et le pire est que cette troisième vague a révélé que bien des choses que l’on pouvait considérer comme acquises n’existaient que dans les discours et autres rapports officiels”. En effet, poursuit-il, “si tant est que des centaines de lits d’hospitalisation avaient été acquis dans le programme d’urgence de riposte contre le Covid-19, où sont-ils passés ? Où sont passées les dizaines de respirateurs artificiels et les unités de production d’oxygène, pour qu’on en arrive à devoir en commander à nouveau dans l’urgence ?”

“Ainsi, apprend-on que les Centres de traitement des épidémies (Cte) avaient été démontés alors que la pandémie n’était pas encore vaincue. Où sont passés les matériels démontés ?”, s’interroge Madiambal. Il embraye avec des révélations qui font froid dans le dos. “Et on découvre, comme par enchantement, que toutes les cliniques médicales privées de Dakar qui ne disposaient pas de matériels et autres appareils respiratoires ont pu s’en doter après le démantèlement des Cte. Coïncidence troublante !

L’on se rend compte donc, avec nette évidence, que si les révélations accablantes faites par le journaliste ne sont pas avérées, c’est bien Madiambal Diagne qui aurait du faire l’objet d’une plainte de la part du ministère de la santé et de l’action sociale. Il se pourrait tout de même que Diouf Sarr ait une dent contre le très véridique Dr Niang qui, lui au moins, ne cache pas aux sénégalais la vérité sur le corona-business. Mieux, d’après Madiambal, “des spécialistes de la santé considèrent que les Cte avaient été fermés pour éviter de devoir payer des primes aux personnels de santé intervenant dans les opérations de prise en charge des malades”. L’exemple le plus parlant serait, à l’en croire, “le Cte de l’hôpital Le Dantec, démonté dans la précipitation, en dépit des avis contraires des médecins qui préconisaient une veille durant un certain temps”.

“On voit que les protestations du Pr Moussa Seydi (la figure la plus emblématique de la lutte contre le Covid-19 au Sénégal) et du Dr Abdoulaye Bousso (ci-devant directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire), entre autres, quant aux conditions qu’ils jugeaient insatisfaisantes de la prise en charge de la pandémie, n’étaient pas que des querelles de chefs”, indique le journaliste.

Les faits étant établis, à vous donc de juger !

A.K.C – Senegal7