Plus besoin d’encre, des scientifiques ont inventé du papier qui peut être imprimé grâce à la lumière

0

Des scientifiques ont développé une « encre » sensible aux rayons UV qui permettrait d’imprimer jusqu’à 80 fois sur un seul et même bout de papier.

Un Teddy Riner par an. Avec 134 kg de papier et carton par habitant chaque année, la France compte parmi les plus gros consommateurs de papier dans le monde. Elle occupait la 22e place du tableau en 2014.

Des journaux, des prospectus, des emballages… le papier est (encore) partout et coûte (encore) cher à l’environnement : pour produire une tonne de papier, il faudrait en moyenne deux à trois tonnes de bois.

Bref, on a beau continuer à écrire à la fin de nos emails « Pensez à l’environnement. N’imprimez cet email que si vous en avez vraiment besoin », on n’est pas encore tout à fait au point sur notre consommation de papier.

Heureusement, une équipe de scientifiques américains et chinois a développé une technique qui permettrait de réutiliser jusqu’à 80 fois le même papier en l’imprimant grâce à la lumière.

Le papier « a la même apparence et le même toucher que du papier conventionnel, mais peut être imprimé et effacé de façon répétée sans ajout d’encre », a expliqué Yadong Yin, un des auteurs de l’étude, à Phys.org. « Nous pensons que notre travail pourrait avoir un impact économique et environnemental important pour nos sociétés modernes », poursuit-il.

 

Comment ça marche ?

Une feuille, des nanoparticules et une lampe à UV. Voilà à peu près tout ce qu’il faut aux scientifiques pour créer le papier magique.

Première étape : mélanger deux types de nanoparticules, un pigment bleu prussien qui s’efface au contact de particules chargées, et du dioxyde de titane (TiO2), un matériel photocatalytique qui réagit aux rayons UV.

Deuxième étape : enduire une feuille de papier du mélange.

Troisième étape : l’exposer à une lampe UV pour imprimer son message.

Les particules de TiO2 réagissent alors aux rayons de la lampe et « impriment » des parties blanches en transformant le bleu en transparent en fonction d’un modèle prévu.

La réaction dure environ cinq jours, avant que le papier ne redevienne bleu pour pouvoir répéter l’opération avec un nouveau texte. Et si on veut aller plus vite, on peut aussi chauffer la feuille en question à 120 degrès pour effacer entièrement le message en quelques instants.

Au total, chaque feuille imbibée de la solution pourra être utilisée jusqu’à 80 fois, quatre fois plus que les premiers prototypes présentés par l’équipe en 2014.

« La prochaine étape est de construire une imprimante laser compatible avec ce papier pour envisager une production rapide”, a expliqué Yadong Yin à Phys.org. « Nous nous pencherons aussi sur des méthodes pour imprimer en couleurs. »

Leave a comment