Pointant du doigt le Conseil constitutionnel : Le Frn prêt au combat contre l’injustice

0

L’agression du  leader du Grand Parti  lors de l’ouverture du dépôt des listes  de parrainages est partie pour amener le Front de résistance national  (Frn) à sonner la grande mobilisation. Ce cadre qui dénonce la violence faite sur ses membres invite toute l’opposition à faire face au régime de Macky Sall.

A l’issue de la conférence des leaders du Front de résistance national (Frn),il s’est passé des choses extrêmement graves au Conseil constitutionnel ,lors de l’ouverture de l’ouverture du dépôt des listes  de parrainages . « Ce qui est constant, c’est que le dépôt devait démarrer à partir du 11 décembre à zéro heure et déjà, le 10 décembre, on a permis au mandataire du pouvoir de s’inscrire parce que l’enjeu était d’être le premier à déposer. Ce que le Président Malick Gackou a refusé au nom du Frn. Il a imposé la légalité, en disant qu’il inacceptable que l’inscription démarre avant zéro heure. Il s’est battu et a été brutalisé, agressé physiquement. C ‘est inacceptable. Mais, nous le félicitons parce que c’est un acte de bravoure », indique le porte-parole du jour du Frn, Makhtar Sourang. Pour ce faire, le Frn  a décidé de se rendre à nouveau au Conseil constitutionnel pour trois choses. D’abord, il s’agira pour eux de dénoncer cette « partie prise » par les sept sages. « Nous ne comprenons pas ce favoritisme. Le Conseil constitutionnel doit être neutre  et les candidats traités d’égale dignité. Ce qui n’est pas le cas », fustige Makhtar Sourang. Ensuite, les leaders du Frn annoncent qu’ils vont se rendre au Conseil constitutionnel pour exiger de disposer du fichier électoral détenu par les sept sages sur la base duquel le contrôle du parrainage va être fait. Enfin, les leaders du Frn vont faire du 20 décembre prochain coïncidant avec le procès en appel de Khalifa Sall, une journée d’action pour soutenir l’ancien maire de Dakar. Dire que l’opposition  est sur le pied de guerre avec le régime de Macky  Sall. Et ce, à quelques deux mois de la présidentielle.

Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment