Accueil Actualités Politique : Hormis Macky, tous ceux qui ont déclaré leur candidature en...

Politique : Hormis Macky, tous ceux qui ont déclaré leur candidature en ont eu leur grade

La plupart des leaders politiques qui ont eu l’ambition de briguer la magistrature suprême ont vu des verts et des pas mûrs venant dont on ne sait où. Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye, Khalifa Sall, Malick Gakou, Pape Diop, Madické Niang, sont tous logés dans cette même enseigne,  etc. La liste est loin d’être exhaustive. Mais de tous ces prétendants, seul le Président Macky est sorti indemne en raison de la première institution qu’il incarne.

La prochaine présidentielle est partie pour être l’élection la plus complexe dans l’histoire politique du Sénégal. S’il est vrai que ce scrutin permet aux Sénégalais de se choisir leur chef  ,il n’en demeure pas moins vrai qu’à part le candidat sortant, Macky Sall, la plupart des candidats du landerneau politique national se sont retrouvés dans des problèmes après avoir déclaré leur candidature ou ruminant comme tel une telle ambition. Ousmane Sonko ne le démentira  car la présentation de son livre-programme a été suivie par une série de diabolisation qui  lui a valu d’être taxé de « salafiste ». (…).Abdoul Mbaye n’est pas une exception à cette règle car après avoir crée son parti, et son ambition de solliciter les suffrages des sénégalais, il a fait face à Dame Justice relativement à l’affaire de sa conjointe. Pour l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, son sort a été déjà été scellé à cause de son ambition de briguer la magistrature suprême. Malick Gakou quant à lui, a eu droit à des rumeurs relatives à des problèmes mœurs. Pape Diop vient d’être défénestré en tant que 8e Vice-président de l’Assemblée nationale. Madické Niang n’a pas été en reste car son entêtement à se présenter à la prochaine présidentielle lui a valu de perdre son poste de président du groupe parlementaire libéral et même de quitter le navire libéral. La liste de ces postulants qui ont eu une épée de Damoclès suspendue sur leur tête est loin d’être exhaustive. Mais de tous ces prétendants « à la trône », seul le candidat sortant ,Macky Sall survit aux attaques en raison surtout de sa carapace institutionnelle. Du coup, au Sénégal dès qu’on ambitionne de briguer la magistrature suprême, il s’agira après de s’attendre à être voué aux gémonies. Cela semble la règle, sous nos cieux.

Assane SEYE-Senegal7